Violences organisationnelles : l'appel du syndicat ASSO

Sujets relatifs :

,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Violences organisationnelles : l'appel du syndicat ASSO

© adrian_ilie825/AdobeStock

Le syndicat ASSO vient de publier un texte rappelant que les salarié(e)s associatifs ne sont pas protégé(e)s des violences organisationnelles. Sous couvert d'un engagement sans limite (heures supplémentaires non comptabilisées, week-ends et jours fériés travaillés non rémunérés...), les salarié(e)s associatifs devraient renoncer à leurs revendications pour de meilleures conditions de travail.

Pour le syndicat ASSO, il est urgent que le secteur associatif s'organise collectivement. Le syndicat souhaite la mise en place d'un espace de dialogue, régulier et protégé pour les salarié(e)s quelle que soit la taille de la structure et appelle les salarié(e)s à rester solidaires, à échanger régulièrement sur leurs conditions de travail et à continuer de les dénoncer.

Nous vous recommandons

Un licenciement fondé sur des faits participant à la liberté d’expression du salarié est nul

Un licenciement fondé sur des faits participant à la liberté d’expression du salarié est nul

Il résulte des articles L.1121-1 du code du travail et 10 § 1 de la Convention de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales que, sauf abus, le salarié jouit, dans l’entreprise et en dehors de celle-ci, de sa...

24/01/2023 | ActualitésSalarié
Percée de l’alternance dans les associations

Percée de l’alternance dans les associations

Retrouver l’équilibre après l’embauche du premier salarié

Retrouver l’équilibre après l’embauche du premier salarié

Jusqu’à 6 000 euros de prime de partage de la valeur pour les salariés associatifs

Jusqu’à 6 000 euros de prime de partage de la valeur pour les salariés associatifs

Plus d'articles