Nous suivre Associations Mode d’emploi

Valérie, Nadia et Joëlle : Allez les filles !

Sujets relatifs :

La journée internationale des droits des femmes du 8 mars dernier a été l'occasion, pour le ministère des Sports, de la Jeunesse, de l'Éducation populaire et de la vie associative de rappeler la place des femmes dans le tissu associatif.

Une femme à la tête du ministère chargée de la vie associative, une femme à la présidence de la Conférence permanente des coordinations associatives et une femme n°2 (la n°1 est la ministre elle-même) au Haut conseil de la vie associative ! Si Valérie Fourneyron, Nadia Bellaoui et Joëlle Bottalico portent haut la place des femmes au sein du monde associatif, tout n'est pas pour autant gagné.
On s'aperçoit d'abord, que, comme on dit maintenant, l'engagement associatif est fortement genré. 40% des femmes sont adhérentes d'au moins une association en France, un taux inférieur à celui des hommes qui sont 50%. Elles se tournent plus souvent vers des associations à but social et 28% des femmes sont bénévoles dans une association ou un autre type d'organisme, alors que les hommes sont 35%.
Même si la proportion de femmes augmente à la tête des associations, surtout dans les associations récemment créées, les deux-tiers des présidents d'association sont des hommes. Les femmes n'en représentent donc qu'un tiers et elles dirigent plus fréquemment des associations culturelles (44% des présidents y sont des femmes) ou des associations des secteurs de l'éducation, de la formation, de l'insertion et de l'action humanitaire et caritative (40%).
Les femmes présidentes accèdent à ce poste plus souvent après avoir été adhérentes, usagères, bénévoles, secrétaires et membres du conseil d'administration mais moins souvent fondatrices ou vice-présidentes que les hommes (Cf. Les présidents d'association en France : quels profils et quelles trajectoires ? Stat-Info, Bulletin de la Mission statistique des secteurs sport, jeunesse, éducation populaire et vie associative, du ministère, n°11-03, décembre 2011).
On serait donc tenté de dire, en reprenant le titre d'un appel à projets de la Fondation de France pour diffuser la pratique sportive chez les adolescentes : « Allez les filles ! ». D'autant que certains secteurs comme le sport justement sont à la traîne : seulement 28% des présidents de clubs sportifs sont des femmes et la mixité s'amenuise au fur et à mesure que l'on s'élève dans les instances dirigeantes des fédérations sportives. Une sous-représentation féminine aux postes de responsabilité élective qui est également observée en matière d'encadrement technique. A titre de simples illustrations, en 2010, 26,9% des professeurs de sport et 15,3% des conseillers techniques sportifs étaient des femmes... (1)
Alors faut-il instituer la parité dans les organes de direction de nos associations ? C'est le débat que nous avons lancé ce mois-ci sur le site d'Associations mode d'emploi. Allez donc y donner votre avis ! Pour le moment ils sont à vrai dire... très partagés !

(1) En savoir plus sur les femmes dans le sport

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdomadaire d’Associations Mode d'emploi

Nous vous recommandons

L’État ne peut pas planter son couteau fiscal dans le dos des associations !

L’État ne peut pas planter son couteau fiscal dans le dos des associations !

13 grandes associations et organisations représentatives du secteur privé non lucratif sanitaire, social et médico-social se mobilisent et demandent rendez-vous au Premier ministre, dans une lettre commune du 17 octobre.[…]

18/10/2019 | Fiscalité
Comment et pourquoi évaluer l’impact social ?

Comment et pourquoi évaluer l’impact social ?

Emplois francs : une généralisation à tous les quartiers prioritaires dès 2020

Emplois francs : une généralisation à tous les quartiers prioritaires dès 2020

L'impact du numérique dans un projet associatif

L'impact du numérique dans un projet associatif

Plus d'articles