Nous suivre Associations Mode d’emploi

Utilisation libre du matériel : la preuve du manquement d’un club a son obligation de sécurité incombe à la victime

Sujets relatifs :

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Utilisation libre du matériel : la preuve du manquement d’un club a son obligation de sécurité incombe à la victime

© Eléonore H/Adobestock

Un pratiquant d’une salle de musculation se blesse alors qu’il utilise un équipement en libre service. Il recherche la responsabilité du Club pour obtenir réparation.

La Cour de cassation confirme que la charge de la preuve d’un manquement du club à son obligation de sécurité appartient à la victime et rejette l’argument du plaignant selon lequel tout dommage corporel survenu lors de l’utilisation de la machine faisait présumer la faute du club.

En l’espèce, la Cour relève que la victime fréquentait le club depuis 2006, qu’il ne prétendait pas avoir ignoré les modalités d’utilisation de l’appareil sur lequel il s’entraînait, que rien ne démontrait la défectuosité de la machine ni l’obligation de la fixer au sol. Aussi, la Cour de cassation suit les juges du fond pour rejeter la responsabilité du club de fitness.

Cour de cassation, chambre civile 1, jeudi 22?juin 2017, n°?16-18681

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdomadaire d’Associations Mode d'emploi

Nous vous recommandons

Des étrangers pas étrangers à la vie associative

Des étrangers pas étrangers à la vie associative

La liberté d’association est reconnue par la France comme une liberté à valeur constitutionnelle (décision n° 71-44 DC du 16 juillet 1971). Elle concerne également les personnes[…]

18/04/2019 | Droit associatif
 La valeur d’un don alimentaire est estimée au jour du don

La valeur d’un don alimentaire est estimée au jour du don

Quelle responsabilité  pour l’association en dehors de ses locaux ?

Quelle responsabilité pour l’association en dehors de ses locaux ?

L’absence de mentions légales sur un site internet peut vous valoir 5 000 euros d’amende

L’absence de mentions légales sur un site internet peut vous valoir 5 000 euros d’amende

Plus d'articles