abonné

Utilisation de photos et d’images : les associations sont-elles ciblées ?

Utilisation de photos et d’images : les associations sont-elles ciblées ?

© Cambon

De plus en plus d’associations reçoivent des mises en demeure de régler des droits d’auteur dont le montant peut atteindre plusieurs milliers d’euros pour avoir utilisé sur leur plaquette, leur site internet ou autre support de communication des photos ou des images sans l’autorisation du propriétaire et surtout sans s’être acquitté du versement de droits. La procédure juridique est bien huilée et le statut associatif du contrevenant ne change rien.

Par exemple, vous avez utilisé la photo de votre chanteur favori pour illustrer le bulletin d’adhésion au fan-club que vous animez depuis des années et qui rend hommage audit chanteur. Vous avez mis en ligne le document sur votre site et vos réseaux sociaux. Et un matin vous recevez un courrier, volontairement très formel, d’une société de recouvrement ou de cabinet d’avocats vous indiquant que vous risquez pis que pendre si vous ne réglez pas sur-le-champ une indemnité au client qui a mandaté ledit cabinet. Certaines sociétés ou cabinets d’avocats se sont d’ailleurs spécialisés dans la gestion du contentieux des droits d’auteur et recherchent sur internet les photos et images des catalogues de leurs clients. Le statut associatif et le caractère désintéressé de sa gestion n’exonèrent en rien l’association de sa responsabilité en matière d’utilisation de photos ou de dessins dont l’association n’est pas propriétaire.

Droits patrimoniaux et moraux

Deux types de droit sont en effet attachés aux photos et images que vous utilisez.
Des droits patrimoniaux liés à l’œuvre permettent à l’auteur de décider des conditions d’exploitation de[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

Deux associations avec une gestion et des dirigeants communs ne confondent pas nécessairement leur patrimoine

Deux associations avec une gestion et des dirigeants communs ne confondent pas nécessairement leur patrimoine

Selon le code de commerce, une procédure collective ouverte peut être étendue à une ou plusieurs autres personnes en cas de confusion de leur patrimoine avec celui du débiteur ou de fictivité de la personne morale.La confusion de...

21/03/2023 | ActualitésGestion
Une commune peut préempter un bien pour un projet cultuel

Une commune peut préempter un bien pour un projet cultuel

Qui peut demander un casier judiciaire ?

Qui peut demander un casier judiciaire ?

Une clause contractuelle attributive de compétence réservée aux commerçants est inopposable à une association

Une clause contractuelle attributive de compétence réservée aux commerçants est inopposable à une association

Plus d'articles