Nous suivre Associations Mode d’emploi

Une convention de mise à disposition d’un terrain communal peut relever du droit privé

Sujets relatifs :

,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Une convention de mise à disposition d’un terrain communal peut relever du droit privé

© Joshua Daniels/AdobeStock

En fonction de la nature du bien communal, un litige relatif à sa mise à disposition peut relever de la compétence de la juridiction administrative ou de celle du juge judiciaire. C’est ainsi qu’un juge administratif a considéré qu’un contentieux relatif à la mise à disposition par une commune d’un terrain pour une association de tir au pigeons relevait des juridictions judiciaires.

Il s’est basé sur le fait que le terrain était mis à disposition d’une personne de droit privé et qu’il s’agissait de gérer du domaine privé dans la mesure ou le terrain n’était pas affecté à l’usage direct du public. La convention n’imposait pas non plus à l’association des modalités d’organisation ou de fonctionnement particulières permettant de regarder cette dernière comme étant chargée d’une mission de service public ou même d’une opération d’intérêt général relevant de la compétence de la commune.

Cour administrative d’appel de Bordeaux, 22 décembre 2017, 16BX00533,16BX00546

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdomadaire d’Associations Mode d'emploi

Nous vous recommandons

Des étrangers pas étrangers à la vie associative

Des étrangers pas étrangers à la vie associative

La liberté d’association est reconnue par la France comme une liberté à valeur constitutionnelle (décision n° 71-44 DC du 16 juillet 1971). Elle concerne également les personnes[…]

18/04/2019 | Droit associatif
 La valeur d’un don alimentaire est estimée au jour du don

La valeur d’un don alimentaire est estimée au jour du don

Quelle responsabilité  pour l’association en dehors de ses locaux ?

Quelle responsabilité pour l’association en dehors de ses locaux ?

L’absence de mentions légales sur un site internet peut vous valoir 5 000 euros d’amende

L’absence de mentions légales sur un site internet peut vous valoir 5 000 euros d’amende

Plus d'articles