Nous suivre Associations Mode d’emploi

abonné

Un référé liberté pour protéger les libertés fondamentales

Eric Landot, Landot & associés

Sujets relatifs :

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Un référé liberté pour protéger les libertés fondamentales

© Adrien Roussel - stock.adobe.com

Si une décision administrative porte une atteinte grave et manifestement illégale à une liberté fondamentale, les associations peuvent utiliser le référé liberté. Un outil qui ne nécessite pas forcément le concours d’un avocat mais pour lequel l’association doit avoir intérêt à agir.

Depuis 2000, le référé liberté s’applique comme procédure d’urgence devant le juge administratif (article L.521-2 du code de justice administrative – voir encadré) et permet à un tribunal administratif (ou parfois au Conseil d’État) de faire cesser une atteinte à une liberté. Seules les libertés fondamentales sont concernées :
  • libertés politiques ;
  • liberté d’aller et de venir et autres droits fondamentaux concernant la personne ;
  • libertés économiques et sociales, dont le droit de grève ;
  • droits fondamentaux des étrangers ;
  • égalité des usagers devant le service public et continuité de[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

Concerts :  un décret qui fait du bruit

Concerts : un décret qui fait du bruit

Un décret du 7 août 2017 limite la puissance acoustique dans les concerts et festivals de plein air. Applicable depuis le 1er octobre 2018, il est contesté par les professionnels qui craignent la disparition de certains[…]

[RGDP] La loi Informatique et Libertés réécrite

[RGDP] La loi Informatique et Libertés réécrite

L’amende pour délivrance irrégulière de reçu fiscal annulée... puis réintroduite

L’amende pour délivrance irrégulière de reçu fiscal annulée... puis réintroduite

Loi pour un État au service d’une société de confiance : une circulaire non publiée au bout de 4 mois est considérée comme abrogée

Loi pour un État au service d’une société de confiance : une circulaire non publiée au bout de 4 mois est considérée comme abrogée

Plus d'articles