Nous suivre Associations Mode d’emploi

Un club sportif peut assurer lui-même la sécurité de ses baignades

Sujets relatifs :

,

Un sénateur, manifestement briefé par le syndicat des maîtres-nageurs, s'est inquiété auprès de la ministre des Sports, du fait que les clubs sportifs qui utilisent des piscines en dehors des heures d'ouverture au public, ne sont pas obligés de faire appel pour la surveillanve aux maîtres-nageurs de l'établissement.

Pourtant, précise-t-il, la jurisprudence de la cour administrative d'appel de Versailles (30 décembre 2004 n° 02VE00613) confirmée par un arrêt du Conseil d'État (25 juillet 2007 n° 278161) a précisé que l'accès à un bassin réservé aux membres d'un club sportif en échange d'une cotisation annuelle est considéré comme un lieu accueillant du public et à ce titre relève de l'article L. 322-7 du code du sport, lequel dispose que : « Toute baignade et piscine d'accès payant doit, pendant les heures d'ouverture au public, être surveillée d'une façon constante par du personnel qualifié titulaire d'un diplôme délivré par l'État et défini par voie réglementaire. »
Dans sa réponse, la ministre explique que l'arrêt du Conseil d'État en question concerne en fait principalement les centres de remise en forme comportant des bassins. Pour elle, « cette réglementation ainsi précisée ne permet pas de considérer que les établissements de baignade d'accès payant louant leurs piscines après la fermeture à des clubs sportifs ont l'obligation d'assurer la surveillance caractérisée instituée à l'article L. 322-7, c'est-à-dire une surveillance assurée de façon constante par du personnel spécifiquement qualifié à cet effet. Dans ce cas, les pratiquants sont des licenciés ou des adhérents qui n'acquittent pas de droit d'accès en sus de leur cotisation au club et occupent les bassins en dehors des heures d'ouverture au public. » Ne suivant pas ainsi le syndicat des maîtres-nageurs dont la position était portée par le sénateur, la ministre rassure ce dernier en lui expliquant que « pour autant, la sécurité n'est pas absente. C'est aux clubs qu'il revient de prendre toutes les mesures de nature à assurer la sécurité des pratiquants, et notamment d'assurer la surveillance des activités de natation sur le fondement de l'obligation générale de sécurité instituée à l'article L. 221-1 du code de la consommation. »
Sénat, question n° 23561 (réponse du 13/09/2012)

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdomadaire d’Associations Mode d'emploi

Nous vous recommandons

Laïcité et fait religieux dans  le sport : le ministère vous guide

Laïcité et fait religieux dans le sport : le ministère vous guide

Entre dialogue et respect du principe de laïcité, le chemin est parfois délicat. Le ministère des Sports tente de répondre aux associations sportives par des cas concrets. Parce que les associations et les clubs[…]

12/09/2019 | Droit associatif
Pas de sanction en cas d’erreur de bonne foi

Pas de sanction en cas d’erreur de bonne foi

Reçu de don : faut-il demander un rescrit fiscal ?

Reçu de don : faut-il demander un rescrit fiscal ?

Verser une rémunération disproportionnée et non justifiée à un dirigeant remet en cause la gestion désintéressée de l’association

Verser une rémunération disproportionnée et non justifiée à un dirigeant remet en cause la gestion désintéressée de l’association

Plus d'articles