Nous suivre Associations Mode d’emploi

Spectacles vivants : l'application du taux réduit de la TVA à 5,5 % est élargie

Spectacles vivants : l'application du taux réduit de la TVA à 5,5 % est élargie

© © Olivier Le Moal / Fotolia.com

Les cabarets, les cafés-théâtres, les dancings et les discothèques sont considérés comme des établissements donnant des spectacles où il est d'usage de consommer pendant les séances. Les spectacles concernés ne sont donc plus seulement les concerts comme auparavant. L'administration est venue préciser que le taux réduit de la TVA s'applique au prix du billet nécessitant la présence d'au moins un artiste du spectacle au sens de l'article L.7121-2 du code du travail percevant une rémunération dans les conditions prévues aux articles L.7121-3 et suivants du même code, quels qu'en soient le mode et le montant. Sont donc concernés les tours de chant, les récitals ou les harmonies de voix ou d'instruments ou les deux ensemble, caractérisés par la présence effective d'un ou plusieurs musiciens ou chanteurs, mais également les concerts quel que soit le genre musical. Cela concerne en particulier les prestations de disc-jockeys lorsqu'elles revêtent le caractère de véritable acte de création et de diffusion artistique conduisant à la réalisation et à la représentation devant un public d'une oeuvre de l'esprit originale.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdomadaire d’Associations Mode d'emploi

Nous vous recommandons

10 ans d’observation locale de la vie associative

10 ans d’observation locale de la vie associative

Après deux ans d’expérimentation et dix années de mise en œuvre, plus de quinze territoires ont mis en place des démarches d’observation. C’est le moment choisi par le Réseau national[…]

Animafac met l'accent sur les projets inter-associatifs

Animafac met l'accent sur les projets inter-associatifs

Déclarations : attention aux excès de pouvoir des préfectures

Déclarations : attention aux excès de pouvoir des préfectures

Le CESE vante la « modernité » de l’éducation populaire

Le CESE vante la « modernité » de l’éducation populaire