Nous suivre Associations Mode d’emploi

Solidarité internationale : un soutien pour les associations issues de l’immigration

Emilie Gianre

Sujets relatifs :

,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Solidarité internationale :  un soutien pour les associations issues de l’immigration

© davideb89 - stock.adobe.com

Le Forum des organisations de solidarité internationale issues des migrations (Forim) porte un programme d’accompagnement et de cofinancement des projets portés par les associations issues de l’immigration. 
Les dossiers doivent être déposés avant le 22 juillet.

Un organisme de solidarité internationale issu de l’immigration (Osim) est « une association de solidarité internationale déclarée dirigée par une équipe composée en majorité de personnes immigrées ou issues de l’immigration agissant ici et là-bas ».

Le Forim donne appui et conseils aux associations de solidarité internationale

Représentant un millier d’associations intervenant en Afrique, en Asie, aux Caraïbes, en Amérique latine et dans l’Océan indien, le Forim est une plateforme nationale réunissant réseaux, fédérations et groupements d’organisations de solidarité internationale issues de l’immigration. Il a pour objectif de renforcer l’action des Osim en leur fournissant appui et conseils, et en les aidant à accéder aux dispositifs de financement.

Il s’agit aussi de favoriser la coopération entre les Osim, les autres associations de solidarité internationale, les acteurs de la société civile et les pouvoirs publics ainsi que de promouvoir l’apport de ces associations à l’enrichissement de la société d’accueil et au développement des pays d’origine.

Les candidatures se font obligatoirement via un Opap

Le programme d’appui aux projets des Osim (PRA/Osim) est un dispositif d’accompagnement et de cofinancement des projets mis en place par les Osim. Il est porté par le Forim et soutenu par le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères ainsi que par l’Agence française de développement.

Le dépôt d’une candidature se fait obligatoirement via un des 23 opérateurs d’appui labellisés (Opap). Celui-ci est notamment là pour :

  • conseiller et orienter le porteur de projet,
  • lui fournir un appui technique et méthodologique,
  • contrôler la qualité, la pertinence du projet.

Il aide également à la recherche et la mobilisation de partenaires techniques et financiers puis au suivi financier et opérationnel du projet. Il va jusqu’à aider à la rédaction des comptes rendus d’emploi des subventions. Cet accompagnement est totalement gratuit.

Jusqu'à 15 000 euros de subvention

Une subvention maximale de 15 000 euros peut être accordée. Celle-ci est versée en deux tranches :

  • 80 % à la signature de la convention entre le Forim et l’association bénéficiaire,
  • les 20 % restants à la validation du rapport final d’exécution.

Le budget total du projet ne doit pas excéder 120 000 euros et la subvention représenter plus de 70 % du budget.

L’association doit prouver qu’elle est en mesure de mener à bien son projet

Pour être éligible, l’association doit être déclarée, être apolitique et non syndicale et domiciliée en France métropolitaine ou outre-mer. S’il n’y a pas de durée minimale d’existence requise, l’association doit néanmoins prouver qu’elle est en mesure de mener à bien le projet aussi bien au niveau des compétences que de la capacité financière.

Elle doit justifier d’un fonctionnement démocratique (tenue d’AG, de CA, établissement de rapport d’activité et de comptes…). La participation bénévole, le nombre de membres et de donateurs ainsi que la part de financements privés dans le budget de l’association sont également pris en considération.

Le projet doit concerner un meilleur accès à la santé, l’accès à l’eau potable, le développement économique, le développement rural et agricole ou le développement social dans un des pays éligibles au comité d’aide au développement de l’OCDE. Il « doit conduire à l’atteinte d’objectifs spécifiques précis, réalistes et mesurables à partir d’environ une année ».

Le dossier précisera l’impact attendu en matière de réduction de la pauvreté et de lutte contre les inégalités, notamment sur l’amélioration du cadre de vie, les effets de redistribution ou d’amélioration des revenus, la participation des plus défavorisés au projet. L’implication de partenaires locaux dans l’élaboration du projet, sa réalisation et son suivi doit être « réelle et permanente ».

En savoir plus :

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdomadaire d’Associations Mode d'emploi

Nous vous recommandons

Collectivités : qui peut financer quoi ?

Collectivités : qui peut financer quoi ?

Les associations peuvent être financées par des collectivités territoriales, à condition que celles-ci respectent leur cadre de compétences. En voici les principes généraux. Depuis la loi de[…]

21/11/2019 | SubventionsPartenaires
Un appel à projets lie santé et numérique

Un appel à projets lie santé et numérique

Comment lutter au quotidien contre la précarité énergétique ?

Publi-rédactionel

Comment lutter au quotidien contre la précarité énergétique ?

 Concertation pour la construction du FSE+

Concertation pour la construction du FSE+

Plus d'articles