Nous suivre Associations Mode d’emploi

Qui porte l'intérêt général ?

Sujets relatifs :

,

C'est en substance la question qui est posée par une étude sur « la rénovation de l'intérêt général en France » menée par la junior entreprise de Sciences Po pour l'Institut Pasteur.

Pilotée par Philippe-Henri Dutheil, membre du Haut Conseil à la Vie associative et Antoine Vaccaro, président du CerPhi (Centre d'Etude et de Recherche sur la Philanthropie), l'étude donne une définition qui se veut évolutive de la notion d'intérêt général. Elle insiste sur ce caractère évolutif et notamment sur la remise en cause du monopole de l'Etat comme principal auteur et garant de la notion. La première raison pour expliquer la fin de ce monopole de l'Etat est l'impact de la décentralisation dans la répartition des pouvoirs publics sur les territoires mais aussi la légitimité grandissante de ce nouvel acteur qu'est la société civile, de par la confiance qu'elle inspire et sa connaissance du terrain.
Cette étude conclue qu'il n'y pas nécessairement de concurrence entre l'Etat et le secteur philanthropique dans le domaine de l'intérêt général, leurs actions étant en fait complémentaires et ne pouvant se substituer l'une à l'autre. Finalement, l'Etat doit agir pour encourager la vivacité citoyenne en termes de philanthropie, en développant ou en maintenant des dispositifs institutionnels et fiscaux favorables et la société civile. C'est cette dialectique subtile qui est déjà en train et que l'étude permet de bien percevoir, en particulier en établissant des comparatifs avec des expériences étrangères au Brésil, en Finlande, au Royaume-Uni et à Singapour.
36 propositions clôturent cette étude dont certaines seront certainement accueillies de façon positive par les associations (par exemple rendre obligatoire un stage associatif d'un mois pour tous les jeunes collégiens) ou plus contestées (comme par exemple conditionner le versement de 20% du RSA à l'exercice d'une activité associative d'intérêt général).

Lire l'étude complète

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdomadaire d’Associations Mode d'emploi

Nous vous recommandons

Pas de contreparties pour les subventions

Pas de contreparties pour les subventions

Les subventions sont des contributions volontaires et facultatives. Le financeur ne peut réclamer des contreparties qu’à la condition qu’elles ne requalifient pas l’opération en contrat de prestation de[…]

16/11/2018 | Partenaires
Affichage associatif : quelles sont les obligations des communes ?

Affichage associatif : quelles sont les obligations des communes ?

Attribution des subventions : comment déterminer les bons critères ?

Attribution des subventions : comment déterminer les bons critères ?

Les députés ont voté la disparition du Centre national pour le développement du sport

Les députés ont voté la disparition du Centre national pour le développement du sport

Plus d'articles