Nous suivre Associations Mode d’emploi

abonné

Quels biens immobiliers une association peut-elle posséder ?

Sujets relatifs :

,

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Quels biens immobiliers une association peut-elle posséder ?

© Cambon

La capacité juridique des organisations non lucratives fait l’objet de certaines restrictions légales, limitant les actes qu’elles sont habilitées à conclure. Ces contraintes visent particulièrement les biens immobiliers.

Les associations déclarées jouissent de la personnalité morale et disposent d’une capacité juridique, mais incomplète, notamment s’agissant des biens immobiliers. L’article 6 de la loi du 1er juillet 1901 a en effet, dès l’origine, restreint les hypothèses de détention d’immeubles par les associations déclarées.

Strictement nécessaires à l’accomplissement du but 

Il en résulte qu’en principe, les associations peuvent uniquement acquérir, à titre onéreux, posséder et administrer le local destiné à l’administration de l’association et à la réunion de ses membres, ainsi que les immeubles strictement nécessaires à l’accomplissement du but qu’elles se proposent.

Ce principe exclut donc la détention de tout autre immeuble, et en particulier les immeubles de rapport, qui ne sont pas considérés comme « strictement nécessaires à l’accomplissement du but », bien qu’ils puissent en permettre le financement. Les associations sont en revanche libres de posséder leur siège social et tout autre immeuble utile à leur objet social, par exemple pour les besoins de l’exploitation d’établissements secondaires.

En fonction du but poursuivi, la capacité juridique limitée ne s’oppose pas systématiquement à la location d’immeuble, si cette location se rattache directement à la réalisation de l’objet. Tel peut par exemple être le cas d’une association propriétaire du foncier d’un établissement d’enseignement, ou de services sociaux ou médico-sociaux, qu’elle loue à une structure d’exploitation.

Une capacité juridique élargie permettant de détenir un patrimoine de rapport

La loi relative à l’économie sociale et solidaire (ESS) du 31 juillet 2014 a cependant étendu la capacité juridique de certaines associations, qui peuvent désormais d’une part recevoir des libéralités, mais surtout, d’autre part, détenir un patrimoine de rapport, en plus des immeubles nécessaires à l’accomplissement de leur objet.

Cette faculté est toutefois soumise à trois conditions (loi du 1er juillet[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

Lectures publiques et droits d'auteur

Lectures publiques et droits d'auteur

Notre festival organise des lectures gratuites d’auteurs contemporains. Devons-nous payer systématiquement des droits d’auteur ? Non. La SCELF (Société civile des éditeurs de langue[…]

Reprendre un nom (connu) qui n'est pas celui de l'association est un cas de concurrence déloyale

Reprendre un nom (connu) qui n'est pas celui de l'association est un cas de concurrence déloyale

Le Conseil constitutionnel met fin au « délit de solidarité »

Le Conseil constitutionnel met fin au « délit de solidarité »

[Reçu de don] Une association agissant pour un cercle restreint de personnes n’est pas éligible au mécénat

[Reçu de don] Une association agissant pour un cercle restreint de personnes n’est pas éligible au mécénat

Plus d'articles