Nous suivre Associations Mode d’emploi

abonné

Plus-value immobilière : le statut fiscal de l'association détermine son imposition

Arnaud Laroche, avocat, Delsol Avocats

Sujets relatifs :

, ,

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Plus-value immobilière : le statut fiscal de l'association détermine son imposition

© Cambon

Une cession immobilière est appréhendée fiscalement à travers la plus-value qui peut être dégagée sur l’opération. Néanmoins, l’imposition de cette plus-value dépendra du régime fiscal de l’association cédante, c'est-à-dire si le fisc considère l'association comme lucrative ou non-lucrative.

Les associations non-lucratives

Une association peut en effet être intégralement exonérée des impôts commerciaux si elle respecte les conditions de non-lucrativité (1). L’exonération vise notamment l’impôt sur les sociétés (IS) au taux normal (28 ou 33,1/3 % selon le montant des résultats – art. 219 du code général des impôts), applicable aux bénéfices réalisés. Ces associations non lucratives demeurent cependant imposées sur leurs revenus patrimoniaux, de nature immobilière ou financière notamment, à un taux réduit d’IS (art. 206, 5 et 219 bis du CGI).

Toutefois, seuls les revenus patrimoniaux expressément visés par la loi relèvent de cette imposition atténuée, c’est-à-dire les revenus des immeubles dont l’association est directement propriétaire, les revenus de l’exploitation de propriétés agricoles et les revenus de capitaux mobiliers.

Les gains en capital (c’est-à-dire les plus-values) ne figurent donc pas dans cette liste limitative. Par conséquent, les plus-values de cession d’actifs, y compris immobiliers, réalisées par les[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

Pour agir en justice l’objet de l’association requérante ne doit pas être trop général

Pour agir en justice l’objet de l’association requérante ne doit pas être trop général

Une association qui a pour objet la protection de l’environnement a intenté une action en justice aux fins d’engager la responsabilité d’une agence gouvernementale chargée de la conception, de la[…]

06/11/2018 | Droit associatif
Le Conseil constitutionnel invalide l’amende pour reçus fiscaux irréguliers

Le Conseil constitutionnel invalide l’amende pour reçus fiscaux irréguliers

Des propos outranciers peuvent être qualifiés de diffamation publique

Des propos outranciers peuvent être qualifiés de diffamation publique

Une association ne peut pas faire valoir une atteinte à sa « vie privée »

Une association ne peut pas faire valoir une atteinte à sa « vie privée »

Plus d'articles