Nous suivre Associations Mode d’emploi

Ne compte que ce qui peut se compter ?

Sujets relatifs :

Pluie d'enquêtes et de chiffres sur le monde associatif... La dernière en date veut mettre en évidence les régions les plus associatives.

Lors du colloque de l'ADDES (Association pour le développement des données sur l'économie sociale) qui s'est déroulé à Paris le 24 mars dernier sur le thème : "Les chiffres sur l'économie sociale, où en est-on ?", le statisticien Philippe Kaminski rappelait en introduction : "Pour compter dans le débat public, pour être pleinement reconnue et appréciée à sa juste place, l'économie sociale doit savoir se compter de manière sincère et véritable".

Ce qui vaut pour l'ESS en général, vaut aussi pour le monde associatif en particulier. C'est du reste bien pour cela qu'ont été créés les Observatoires locaux de la vie associative portés par le RNMA ou les observatoires régionaux de l'ESS portés par les Chambres régionales de l'ESS et coordonnés par le CNCRESS.

Après les auscultations universitaires de Viviane Tchernonog ou les enquêtes régulières de Recherches & Solidarités, et avant la prochaine publication d'une grande enquête menée par l'INSEE auprès de 30 000 associations, voici, dernière publication du style, un panorama des régions les plus associatives ! On y apprend par exemple que, sans surprise, l'Ile-de-France est la région responsable du plus grand nombre de créations d'associations. Néanmoins, l'étude montre que le Sud de la France est très dynamique en matière de création par rapport aux autres régions. En effet, la région Rhône-Alpes compte 15,2% de créations d'associations, soit 152 fois plus que le Limousin qui n'en compte que 0,10%. La région PACA affiche également un score flatteur (11,8%). Et les régions du Sud-Ouest (Aquitaine, Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées) représentent au total près de 15% des associations, ce qui est loin d'être négligeable
Mais quel est l'intérêt de tels chiffres, lorsqu'ils ne sont pas rapportés à la population ? En effet nous n'apprenons là qu'une chose : les régions les plus peuplées sont celles où se créent le plus d'associations (Île de France, Rhône-Alpes et PACA) ! On est bien avancé...

D'où l'intérêt des démarches plus fines, plus pertinentes, plus astucieuses des observatoires évoqués plus haut. Compter ne suffit donc pas. Il faut aussi soupeser, montrer l'impact réel des créations d'associations, jauger leur contribution au vivre ensemble, constater leur effet en termes de dynamiques territoriales ou sociales, etc. Sinon, on n'arrivera jamais à "prendre en compte" la réalité de ce que représentent réellement les associations !

En savoir tout de même plus sur le Panorama des régions françaises les plus associatives

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdomadaire d’Associations Mode d'emploi

Nous vous recommandons

Prêter de l’argent à son association

Prêter de l’argent à son association

Un adhérent peut tout à fait prêter de l’argent à son association. La démarche, moins complexe et surtout moins chère qu’avec une banque, nécessite cependant un minimum de formalisme.[…]

21/11/2018 | AdhérentFinancements
[VIDÉO] Quelle différence entre un expert comptable et un commissaire aux comptes ?

[VIDÉO] Quelle différence entre un expert comptable et un commissaire aux comptes ?

Les soldes intermédiaires de gestion

Les soldes intermédiaires de gestion

« La première règle de la bonne gestion associative est de tenir des comptes »

« La première règle de la bonne gestion associative est de tenir des comptes »

Plus d'articles