Nous suivre Associations Mode d’emploi

abonné

Modèle économique : s’adapter sans perdre son âme

Sujets relatifs :

, ,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Modèle économique : s’adapter sans perdre son âme

© lassedesignen/AdobeStock

Les tensions sur les financements publics amènent les associations à repenser leur modèle économique tout en garantissant la pérennité de l’utilité sociale. Le guide « Entreprises sociales et solidaires, le modèle économique d’utilité sociale » donne des clés pour s’y atteler.

Vivant, votre modèle économique doit être réinterrogé au fil du temps. Mais pas n’importe comment. Se contenter de remplacer une ressource par une autre, sans garder en ligne de mire le projet social défendu et l’utilité sociale visée, revient souvent à se détourner de sa finalité.

Un projet associatif clair et partagé

Trop souvent, on oublie que le modèle économique est un moyen au service d’une finalité sociale et non pas une fin en soi. Par exemple, on observe des associations qui, répondant de plus en plus fréquemment à des commandes publiques, ne font plus que s’en tenir aux cahiers des charges des financeurs. Elles finissent par homogénéiser leurs pratiques et à toutes[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

L’amende prévue pour délivrance irrégulière de reçu fiscal est annulée

L’amende prévue pour délivrance irrégulière de reçu fiscal est annulée

Saisi sur une question prioritaire de constitutionnalité, le Conseil constitutionnel a déclaré inconstitutionnelle l’amende fiscale prévue par l’article 1740 A du code général des[…]

07/02/2019 | DonsMécénat
Une association qui a la qualité de « gérant-mandataire » doit être immatriculée au RCS

Une association qui a la qualité de « gérant-mandataire » doit être immatriculée au RCS

Sécuriser les apports aux associations 

Sécuriser les apports aux associations 

Les personnes-conseils qui facilitent la fraude fiscale risquent une amende de 50 % des revenus tirés de la prestation

Les personnes-conseils qui facilitent la fraude fiscale risquent une amende de 50 % des revenus tirés de la prestation

Plus d'articles