Nous suivre Associations Mode d’emploi

« Lorsque les partenaires voient « Scic », ils savent que le projet a un potentiel »

Sujets relatifs :

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Interview de Laurent Décès, administrateur de la SCIC Petit Bain (Paris)

Comment est née votre Scic ? 

Petit Bain a été créé en 2011 par une association qui existe depuis 20 ans, Guinguette Pirate. Cette association culturelle a répondu en 2006 à un appel à projets de la ville et de Ports de Paris. Dans le cadre de la rénovation des berges de la Seine, elle a proposé de créer un lieu culturel sur une barge qui accueille maintenant une salle de concert, un bar et un restaurant, et qui est aussi une entreprise d’insertion. Nous organisons près de 300 concerts par an, recevons entre 80 000 et 100 000 personnes sur le site, avons 20 salariés et un budget de 2 millions d’euros par an autofinancé à 85 %. L’association n’a pas disparu pour autant : c’est elle qui a financé l’investissement global (2,2 millions d’euros, dont un million de financements publics et 1,2 d’emprunts) et qui demeure propriétaire du lieu. La Scic exploite Petit Bain et verse à l’association une redevance, un loyer en quelque sorte, qui permet le remboursement des emprunts. Pour ce projet il y a donc deux structures, l’association n’ayant pas disparu avec la création de la Scic. 
 

Pourquoi ne pas avoir monté ce projet uniquement sous forme associative ? 

Il s’agit d’un projet culturel, social et économique. L’association fondatrice a estimé que le statut Scic lui donnerait plus de légitimité économique (le capital minimum d’une Scic SA est de 18 500 €) et qu’il permettrait de mieux associer dans la gouvernance des partenaires très divers : salariés, fondateurs, usagers ou bénéficiaires et partenaires de l’ESS. Elle espérait également intégrer des collectivités, mais celles-ci ne souhaitent pour le moment pas entrer au capital, même si elles restent impliquées dans le projet en participant à son financement. 
 

Quels sont les « plus » de la Scic ? 

La gouvernance, qui permet de regrouper au sein d’une assemblée générale une diversité de membres. Nous avons 35 associés qui représentent des points de vue et des compétences très différentes : les fondateurs (dont l’association Guinguette Pirate en tant que telle), des salariés, des producteurs de spectacles, une association de lutte contre l’exclusion (Aurore), des artistes, un club Cigales (Clubs d’investisseurs pour une gestion alternative et locale de l’épargne solidaire), etc. Le statut Scic nous donne aussi une légitimité immédiate auprès de partenaires économiques et de l’ESS. Lorsqu’ils voient « Scic », ils savent que le projet a un potentiel sociétal. 
 
www.petitbain.org

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdomadaire d’Associations Mode d'emploi

Nous vous recommandons

À « fonds » pour le logement

À « fonds » pour le logement

Dans son 24e rapport sur l’état du mal-logement en France de 2019, la Fondation Abbé Pierre recense près de 4 millions de personnes mal logées et 12 millions en situation de fragilité par rapport au[…]

10/10/2019 | Fondations
La France s'engage : ouverture des candidatures 2020

La France s'engage : ouverture des candidatures 2020

Animafac met l'accent sur les projets inter-associatifs

Animafac met l'accent sur les projets inter-associatifs

[4e Mécènes forum] Faut-il en finir avec le mécénat ?

[4e Mécènes forum] Faut-il en finir avec le mécénat ?

Plus d'articles