abonné

Libre ne veut pas dire gratuit

Emilie Gianre

Sujets relatifs :

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Libre ne veut pas dire gratuit

© Claudia Marx - stock.adobe.com

Certaines associations pratiquent le prix dit « libre » ou « conscient » pour leurs activités. Cette façon de rendre des biens et services culturels accessibles à tout le monde peut aussi s’avérer payante… à condition de bien communiquer.

Le prix libre permet à chacun de participer sans que le prix ne soit un frein. Chacun donne ce qu’il peut ou ce qu’il juge être juste. Ne pas imposer de prix oblige à réfléchir à la fois sur la valeur qu’on prête à un bien et sur le travail qui est nécessaire pour le produire. Mais si l’association veut que cela fonctionne, il faut expliciter clairement le principe.

1re étape : expliquer les coûts

La démarche du prix libre est d’abord de responsabiliser celui qui donne, peu importe le montant. Les participants à un festival de cinéma documentaire sont par exemple sensibilisés oralement à la démarche avant l’achat de leur billet. En s’adressant directement aux personnes, l’explication passe[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

Les nouveautés de la loi de finances 2023 pour les associations

Les nouveautés de la loi de finances 2023 pour les associations

Dans un contexte d’inquiétude généralisée sur le retour de l’inflation, la loi de finances pour 2023, publiée le 31 décembre 2022, contient relativement peu de nouveautés fiscales pour les associations. On relèvera surtout les...

02/02/2023 | ActualitésPartenaires
Création d’un nouveau fonds pour une aide alimentaire durable

Création d’un nouveau fonds pour une aide alimentaire durable

Valoriser les apports en nature

Valoriser les apports en nature

10 millions d’euros pour restaurer des sentiers

10 millions d’euros pour restaurer des sentiers

Plus d'articles