Nous suivre Associations Mode d’emploi

Les règles de repos quotidien des animateurs conformes au droit européen

Sujets relatifs :

, ,

Le droit européen permet de déroger à la durée minimale de repos quotidien pour les activités de garde, de surveillance et de permanence caractérisées par la nécessité d'assurer la protection des biens et des personnes et "pour les activités caractérisées par la nécessité d'assurer la continuité du service (...)".

Cette faculté est subordonnée à la condition "que des périodes équivalentes de repos compensateur soient accordées aux travailleurs concernés ou que, dans des cas exceptionnels dans lesquels l'octroi de telles périodes équivalentes de repos compensateur n'est pas possible pour des raisons objectives, une protection appropriée soit accordée aux travailleurs concernés". Selon le code de l'action sociale et familiale, les animateurs titulaires d'un contrat d'engagement éducatif bénéficient, en principe, au cours de chaque période de 80 heures, d'une période minimale de repos de 11 heures consécutives. Cette période de repos peut être soit supprimée, soit réduite, sans pouvoir être inférieure à 8 heures. L'animateur bénéficie alors d'un repos compensateur égal à la fraction du repos dont il n'a pu bénéficier. Ce repos est accordé en tout ou partie pendant l'accueil. Par décret du 26 avril 2012, il a été prévu 2 régimes dérogatoires à la règle de la période quotidienne minimale de repos de onze heures consécutives, selon que l'organisation de l'accueil a pour effet de supprimer ou seulement de réduire la période minimale de repos. Ces régimes dérogatoires dont l'un d'eux prévoit la possibilité d'accorder pour partie ce repos à l'issue de la période d'accueil, qui ne peuvent être mis en ½uvre que si les conditions de l'accueil les rendent nécessaires, sont justifiés par la nature des activités en cause, qui impliquent que les directeurs et animateurs partagent la vie des mineurs ou des personnes handicapées accueillies pendant la durée du séjour.
Pour le Conseil d'Etat, les dérogations prévues par le décret du 26 avril 2012 sont donc conformes au droit européen.
Conseil d'Etat, 30 janvier 2015, requête n°363520, Union syndicale Solidaires

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdomadaire d’Associations Mode d'emploi

Nous vous recommandons

Le Corps européen de solidarité encourage le volontariat

Le Corps européen de solidarité encourage le volontariat

Plus de 96 millions d’euros sont dédiés en 2019 à l’accueil de jeunes volontaires, stagiaires ou encore employés au sein du Corps européen de solidarité. Des financements accessibles aux[…]

Le CFGA qualifie les bénévoles

Le CFGA qualifie les bénévoles

Une circulaire précise les conditions de déclaration et d’agrément des organismes de services à la personne

Une circulaire précise les conditions de déclaration et d’agrément des organismes de services à la personne

Mettez de l’animation dans votre AG

Mettez de l’animation dans votre AG

Plus d'articles