Nous suivre Associations Mode d’emploi

« Les outils numériques donnent aux bénévoles de nouveaux moyens de s’impliquer »

Sujets relatifs :

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

« Les outils numériques donnent aux bénévoles de nouveaux moyens de s’impliquer »

© DR

Les rencontres Fond’après du 5 décembre 2017 se sont interrogées sur « le numérique, vecteur de transformation des compétences associatives ? ». Orianne Ledroit, de l’Agence du numérique, Olivier Arnaud, de PickAsso, Claire Dubien, de Solidatech, et Bastien Engelbach, de la Fonda, ont apporté leurs éclairages. Ces deux derniers nous font part des éléments partagés.

Quel impact a le développement des outils numériques pour les associations ?

Les effets de ces nouveaux usages sont reconnus comme largement bénéfiques par les responsables associatifs :

  • 85 % considèrent que l’impact a été positif pour le partage de l’information (1), ce qui renforce la cohésion d’équipe,
  • 82 % pour le rayonnement de l’association, 
  • et 60 % pour l’implication des bénévoles.

Aujourd’hui, les associations utilisent les outils numériques pour :

  • gérer leurs activités (51 % utilisent des outils de gestion),
  • communiquer sur les projets (73 % possèdent un site internet et 62 % sont présentes sur les réseaux sociaux),
  • travailler en équipe (43 % utilisent des outils collaboratifs)
  • ou former des adhérents ou bénévoles (8 % ont développé des solutions de formation à distance).

Les outils numériques offrent une opportunité pour mieux repérer et mobiliser les forces internes. Ils aident à faire émerger et faire connaître les compétences des bénévoles et favorisent une communication moins pyramidale. Ils facilitent le partage de l’information, ce qui renforce l’efficacité, le suivi et l’évaluation des actions.

Ces outils changent-ils l’implication des bénévoles ?

Ils ont aujourd’hui de nouveaux moyens de s’impliquer grâce à des outils conçus et développés pour répondre aux besoins des associations, plus légers que ceux dédiés aux entreprises. Désormais, participer activement à un conseil d’administration ou à un groupe de travail thématique alors qu’on habite loin du siège n’est plus un problème…

On peut aussi effectuer des tâches quotidiennes, quand bien même nos disponibilités ne correspondent pas aux heures d’ouverture de l’association : par exemple, remplir un dossier de subvention, animer le réseau social ou tenir la comptabilité de l’association depuis chez soi… Une association réunit des personnes qui ont des fonctions et des disponibilités qui peuvent être fortement différentes, ce qui implique un fonctionnement très spécifique.

L’usage des outils collaboratifs répond particulièrement bien à ces spécificités et s’est fortement développé, doublant en trois ans. La communication et l’échange de documents sont facilités. L’organisation interne peut donc être très participative en restant facile et rapide.

Comment développer les compétences numériques au sein des associations ?

Pour tirer pleinement profit de ces outils, les compétences nécessaires sont de moins en moins techniques mais de plus en plus organisationnelles : gestion de projet, conduite du changement, animation de groupe sont autant d’atouts pour conduire une bonne transition numérique. Certaines associations ont été jusqu’à créer des postes de « responsable de la transformation numérique ».

Pour faciliter cette transformation et développer les outils qui seront au service de sa stratégie, une association peut se faire accompagner par des structures de médiation numérique. On en compte aujourd’hui plus de 10 000. Ce réseau est d’ailleurs en train de se structurer en une société coopérative d’intérêt collectif (SCIC), la MedNum, dont l’une des nombreuses missions est de renforcer les acteurs et le développement du numérique au service du pouvoir d’agir.

L’implication accrue des jeunes de moins de 35 ans dans les associations (21 % de cette population était bénévole dans une association en 2016 contre 16 % en 2010) facilite naturellement l’appropriation de ces nouvelles pratiques qu’ils maîtrisent au quotidien.

Propos recueillis par Armelle Barroux

(1) Ces chiffres sont tirés ici de l’étude « La place du numérique dans le projet associatif » publiée par Solidatech et Recherches & Solidarités, novembre 2016

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdomadaire d’Associations Mode d'emploi

Nous vous recommandons

6 conseils pour mettre en œuvre le RGPD

6 conseils pour mettre en œuvre le RGPD

Le règlement général sur la protection des données (RGPD) est entré en vigueur le 25 mai 2018. La loi n° 2018-493 du 20 juin 2018 et le décret du 1er août apportent différentes[…]

Le manquement à la sécurité des données informatiques est condamnable par la Cnil

Le manquement à la sécurité des données informatiques est condamnable par la Cnil

Solidatech fête ses 10 ans

Solidatech fête ses 10 ans

[Appel à projets] Le numérique au service des plus fragiles

[Appel à projets] Le numérique au service des plus fragiles

Plus d'articles