Nous suivre Associations Mode d’emploi

Les 6 points clés de la réforme de la médecine du travail

Les 6 points clés de la réforme de la médecine du travail

© © psphotography/Fotolia.com

L'article 102 de la loi n° 2016-1088 du 8 août 2016 relative au travail, à la modernisation du dialogue social et à la sécurisation des parcours professionnels, et le décret n° 2016-1908 du 27 décembre 2016 relatif à la « modernisation de la médecine du travail » modifient le cadre juridique des services de santé au travail interentreprises (SSTI).

Les points à retenir :

  1. le rôle du médecin du travail est renforcé ;
  2. tous les salariés sont pris en charge par un professionnel de santé dès l'embauche ;
  3. la périodicité des contrôles sera adaptée aux risques (de 2 à 5 ans) ;
  4. le suivi de la santé du salarié sera identique quel que soit son contrat de travail ;
  5. la procédure de déclaration d'inaptitude du salarié est modifiée ;
  6. une nouvelle procédure de contestation des avis de la médecine du travail devant les prud'hommes est créée.

Le centre interservices de santé et de médecine du travail en entreprise (Cisme) a publié un dossier de presse présentant la réforme. Pour les plus pressés, une vidéo de 3 minutes en résume l'essentiel.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdomadaire d’Associations Mode d'emploi

Nous vous recommandons

Association de loisirs : les règles à respecter pour les taux d’encadrement

Association de loisirs : les règles à respecter pour les taux d’encadrement

Le taux d’encadrement varie selon l’âge des enfants accueillis et selon la période, scolaire ou périscolaire. Pour un accueil d’enfants de moins de 6 ans, c’est un animateur pour huit enfants en[…]

01/06/2022 | MagazineJeunes
Notre association propose un sport à risque. Quelles sont nos obligations ?

Notre association propose un sport à risque. Quelles sont nos obligations ?

Comment organiser un événement éco-responsable ?

Comment organiser un événement éco-responsable ?

Le siège d’une association peut-il se situer au domicile d’un de ses membres ?

Le siège d’une association peut-il se situer au domicile d’un de ses membres ?