Nous suivre Associations Mode d’emploi

Le bénévolat n’excuse pas l’abus de confiance

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Le bénévolat n’excuse pas l’abus de confiance

© Tom Wang/AdobeStock

Détourner des chèques à destination d’une association pour son propre compte ou celui d’une autre association est répréhensible. Qu’un responsable associatif effectue sa mission bénévolement n’y change rien. C’est ce que vient de rappeler la Cour de cassation en condamnant un dirigeant pour abus de confiance.

En l’espèce, en plus de sa condamnation pénale, le dirigeant a été condamné à verser à l’association victime 77 324,59 euros au titre du préjudice matériel et 5 000 euros au titre du préjudice moral. Les juges ont ici rétabli les droits de l’association qui avait été abusée et ont reconnu son préjudice moral, avec un montant de réparation significatif.

Cour de cassation, chambre criminelle, 22 novembre 2017, pourvoi n° 16-85734

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdomadaire d’Associations Mode d'emploi

Nous vous recommandons

« La question est : comment faire d’un bénévole d’un jour un bénévole de toujours ? »

« La question est : comment faire d’un bénévole d’un jour un bénévole de toujours ? »

Entretien avec Carole Orchampt, déléguée générale du Réseau national des maisons des associations (RNMA) Quel bilan tirez-vous de cette crise sanitaire du point de vue de l’engagement ?[…]

Publication du FDVA formation 2021

Publication du FDVA formation 2021

Le bénévolat dopé par la crise

Le bénévolat dopé par la crise

Homme ou femme, le bénévolat n’est pas le même

Homme ou femme, le bénévolat n’est pas le même

Plus d'articles