Nous suivre Associations Mode d’emploi

La solidarité : une valeur en baisse ?

Sujets relatifs :

A l'occasion du 31e congrès de l'Uniopss, qui s'est déroulé à Lille du 23 au 25 janvier 2013, l'Uniopss et la Macif ont présenté les résultats d'un sondage sur la vision qu'ont les Français de la solidarité dans le contexte de crise actuel.

Cette étude réalisée du 18 au 20 décembre 2012 par l'institut CSA montre le fort niveau d'inquiétude des Français : 3 sur 4 pensent en effet, qu'eux-mêmes ou que l'un de leur proche pourrait se retrouver en situation de précarité.
L'enquête montre également que la perception du rôle des acteurs de la solidarité a évolué. Celle-ci est désormais perçue comme relevant de moins en moins de l'Etat providence. Toutefois, une majorité de Français souhaite que les dispositifs de protection sociale en direction des personnes en situation de précarité restent une priorité des pouvoirs publics, tout en ciblant davantage l'aide sur l'urgence des besoins à couvrir.
Interrogés sur les valeurs les plus importantes, les Français placent la famille en tête (46% des réponses) et la solidarité en huitième position (20%). En comparant ces résultats avec ceux d'un sondage identique de 2009 où la solidarité arrivait en 2ème position avec 29%, les commentateurs du sondage parlent de la solidarité comme d' « une valeur en baisse »... Pas sûr que ce soit le cas. Si les situations de crise accentuent les difficultés et invitent à des replis, elles génèrent aussi des élans de solidarité parfois surprenants. Le fait que les valeurs citées avant la solidarité dans le sondage soit, entre autres, la « justice » (qui passe en 4 ans de 19% à 32%) ou « l'honnêteté », peut indiquer que le souci des autres peut s'incarner dans d'autres mots que celui de « solidarité » uniquement.
D'autres éléments du sondage sont du reste plus optimistes. La solidarité remonte au 3ème rang pour les 18-24 ans, avec 29% (soit le chiffre de l'ensemble des Français en 2009). Et surtout la confiance dans les associations est toujours forte. Ainsi les premiers acteurs de confiance sont les associations (67 %) devant les initiatives individuelles (61 %). La confiance accordée aux associations tient en particulier à leur connaissance du terrain, c'est la qualité principale citée par les Français (47%) avec le fait de ne pas rechercher le profit (46%) et d'être transparent financièrement (40%). Ces qualités sont citées devant l'implication personnelle des employés (29%) ou leur humanité avec les personnes (26%). Individuellement, pour contribuer concrètement à la solidarité, les Français se disent prêts à avoir une consommation plus responsable (80% le font déjà ou envisagent de le faire) et un Français sur deux se dit prêt à s'impliquer dans une association.
LIre l'ensemble des résultats du sondage

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdomadaire d’Associations Mode d'emploi

Nous vous recommandons

Des députés préconisent de revoir et clarifier la loi relative à la sécurité dans les festivals

Des députés préconisent de revoir et clarifier la loi relative à la sécurité dans les festivals

Au terme de leur mission flash sur les nouvelles charges en matière de sécurité pour les salles de spectacle et les festivals, les députés Bertrand Bouyx et Brigitte Kuster appellent à une clarification[…]

22/03/2019 | Culture
Quartier général, le festival des jeunes engagés en Europe

Quartier général, le festival des jeunes engagés en Europe

Deux associations font condamner Google par la CNIL

Deux associations font condamner Google par la CNIL

 Davantage d’adultes-relais et de postes FONJEP dans les quartiers prioritaires

Davantage d’adultes-relais et de postes FONJEP dans les quartiers prioritaires

Plus d'articles