La faute personnelle du président d'association

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

La faute personnelle du président d'association

© contrastwerkstatt - stock.adobe.com

Les juges ont considéré que c’était le cas de la présidente d’une association qui a effectué des virements du compte de l’association au profit d’un avocat (pour 6 300 €) et d’une autre association (pour 35 000 et 13 250 €), sans justifier qu’une telle créance était due par l’association.

En réalité, dans un contexte de mésentente extrême au sein de l’association, la présidente avait cherché à faire échapper des fonds à la nouvelle équipe qu’elle considérait, à tort ou à raison d’ailleurs, comme illégitime et a entendu faire justice elle-même. Elle n’a pas agi dans l’intérêt de l’association dont elle était la présidente, mais dans celui d’une autre association. De même, elle ne justifiait pas que l’association avait une dette à l’égard de l’avocat.

La présidente a donc bien, en effectuant les virements litigieux, commis une faute personnelle détachable de ses fonctions et justifiant qu’elle soit condamnée à rembourser à l’association la somme de 54 550 euros.

Cour d’appel d’Angers, 30 avril 2019, n° 17/00511

Nous vous recommandons

Les ORE, un outil juridique au service de l’environnement

Les ORE, un outil juridique au service de l’environnement

Mises en place par la loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages du 9 août 2016 et définies par l’article L.132-3 du code de l’environnement, les obligations réelles environnementales sont une innovation...

L’agrément des associations d’usagers : déjà vingt ans !

L’agrément des associations d’usagers : déjà vingt ans !

Avis du HCVA sur le statut d’association européenne transfrontalière

Avis du HCVA sur le statut d’association européenne transfrontalière

DROIT : qui est, ou peut être, le représentant légal de l’association ?

DROIT : qui est, ou peut être, le représentant légal de l’association ?

Plus d'articles