Nous suivre Associations Mode d’emploi

abonné

L’évaluation des actions associatives, arme à double tranchant

Michel Lulek

Sujets relatifs :

, ,
L’évaluation des actions associatives, arme à double tranchant

© Lasserpe

Un rapport consacré à l’évaluation des actions associatives a été remis au Gouvernement en avril 2022. Il en défend le principe sans ignorer les risques qu’une évaluation trop financière, exclusivement quantitative ou purement externe peut faire courir aux associations.

L’impact social s’est durablement installé dans le paysage associatif comme une condition nécessaire de la légitimité de l’action associative. Si ce que nous faisons est utile, valable, positif, etc., il faut le prouver, le mesurer, l’évaluer. Comme l’explique Yannick Blanc, de la Fonda, « la mesure de l’impact social est devenue, pour les associations et les autres acteurs de l’ESS [économie sociale et solidaire, ndlr], un enjeu stratégique majeur. […] L’ESS n’est attendue avec bienveillance qu’à la condition de faire la preuve de son efficacité et de sa pertinence. « ‘‘Puisque votre raison d’être est une promesse de transformation sociale, donnez-nous des indices tangibles de la pertinence de votre engagement’’, lui dit-on. La dénomination technique de cette injonction est la mesure de l’impact social » (1).

Gagnant-gagnant

Le rapport demandé par Sarah El Haïry en 2021, alors qu’elle était secrétaire d’État chargée de la Jeunesse et de l’Engagement, vise à répondre à une question : « Comment positionner l’évaluation afin qu’elle renseigne sur l’atteinte des objectifs d’une politique publique – lorsqu’elle s’appuie sur la mobilisation du secteur associatif – tout en servant le projet associatif ? » Toute la tension qui traverse la mesure de l’impact social est résumée dans cette interrogation.

Exigée par les financeurs (publics, mais aussi de plus en plus privés), l’évaluation est souvent perçue par les associations comme une contrainte ou un contrôle… alors que, nous disent les auteurs du rapport, elle doit plutôt être conçue comme « une démarche d’amélioration continue de l’action associative et, par conséquent, d’un renforcement de la confiance dans la relation entre pouvoirs publics et associations […] Chaque partie doit ressortir gagnante de la mise en œuvre de l’évaluation. » Les pouvoirs publics en s’assurant du bon usage des subventions et les associations en interrogeant à cette occasion leur gouvernance, leur stratégie, leur organisation et la mise en œuvre de leurs actions et de leurs impacts. Une démarche « gagnant-gagnant » idéale… à quelques conditions près.

Évaluation, oui mais…

Les auteurs du rapport, la déléguée générale de l’IDEAS (un institut de labellisation des organismes à but non lucratif),[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

Prime pour soutenir le pouvoir d’achat

Prime pour soutenir le pouvoir d’achat

Les associations, comme tous les employeurs de droit privé, peuvent faire bénéficier leurs salariés de la « prime de partage de la valeur » qui est exonérée de cotisations sociales dans la[…]

Titres-restaurants : la limite d’exonération relevée

Titres-restaurants : la limite d’exonération relevée

Rémunération d’un salarié d’association transféré vers une collectivité publique

Rémunération d’un salarié d’association transféré vers une collectivité publique

Découvrez le nouveau réseau national d’accompagnement des associations

Découvrez le nouveau réseau national d’accompagnement des associations

Plus d'articles