Nous suivre Associations Mode d’emploi

abonné

L’entretien professionnel : un outil pour gérer l’évolution des salariés associatifs

Sujets relatifs :

, ,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

La loi du 5 mars 2014 (1) a remplacé le droit individuel à la formation par le compte personnel de formation. Elle a également prévu que chaque salarié puisse bénéficier d’un entretien professionnel (2) tous les 2 ans. Cet entretien, qui se distingue de l’entretien d’évaluation, doit être mis en place d’ici mars 2016, y compris dans les associations qui n’emploient qu’un seul salarié.

La loi du 24 novembre 2009 (3) avait institué un bilan d’étape professionnel, dont chaque salarié bénéficiait à sa demande, dès qu’il avait 2 ans d’ancienneté dans la même entreprise ; bilan qui pouvait être renouvelé tous les 5 ans. Ce bilan a été remplacé, depuis le 7 mars 2014 (4), par l’entretien professionnel.

Tous les employeurs

Cet entretien est réalisé par l’employeur, et consacré aux perspectives d’évolution professionnelle du salarié, notamment en termes de qualifications et d’emploi. Il ne doit pas porter sur l’évaluation du travail du salarié et se distingue donc de l’entretien annuel d’évaluation. Toutes les associations employeuses sont concernées par l’obligation de réaliser cet entretien professionnel avec chacun de leurs salariés, quelle que soit leur taille, et même si elles n’ont qu’un seul salarié. De même, tous les salariés ont droit à cet entretien professionnel, qu’ils soient en CDI, en CDD, à temps plein ou à temps partiel ou qu’ils bénéficient d’un emploi aidé ou non.

Tous les 2 ans

Le salarié doit bénéficier de l’entretien professionnel tous les 2 ans. C’est la raison pour laquelle, s’il n’a pas encore été mis en place, chaque employeur a jusqu’au 6 mars 2016 (5) pour effectuer cet entretien. Par ailleurs, un tel entretien doit également être systématiquement proposé au salarié qui reprend son activité à l’issue d’un congé de maternité, d’un congé parental d’éducation, d’un congé de soutien familial, d’un congé d’adoption, d’un congé sabbatique,[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

Un directeur d’association ne peut licencier que s’il en a reçu le pouvoir

Un directeur d’association ne peut licencier que s’il en a reçu le pouvoir

Avoir mandat pour recruter et signer un contrat de travail ne signifie pas avoir pouvoir de licencier un salarié. Pour ce faire, le directeur d’une association doit avoir une délégation de pouvoir explicite du[…]

Emplois francs : une généralisation à tous les quartiers prioritaires dès 2020

Emplois francs : une généralisation à tous les quartiers prioritaires dès 2020

30 mesures ambitieuses pour l’insertion par l’activité économique

30 mesures ambitieuses pour l’insertion par l’activité économique

Les formalités de rupture  du contrat de travail

Les formalités de rupture du contrat de travail

Plus d'articles