Nous suivre Associations Mode d’emploi

L’association sportive est responsable des dommages causés par ses membres

Sujets relatifs :

, ,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

L’association sportive est responsable des dommages causés par ses membres

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

© SG - stock.adobe.com

Sur le fondement de l’article 1384 alinéa 1 devenu 1242 du code civil, les associations sportives ayant pour mission d’organiser, de diriger et de contrôler l’activité de leurs membres, sont responsables des dommages que ceux-ci causent à cette occasion, dès lors qu’une faute caractérisée par une violation des règles du jeu est imputable à un ou plusieurs de leurs membres, même non identifiés.

La Cour de cassation estime ainsi que l’agression d’un arbitre commise par un joueur dans une enceinte sportive (le terrain de foot) constitue, même lorsqu’elle se produit à l’issue de la rencontre, dont ce dernier a été exclu, une infraction aux règles du jeu, en lien avec l’activité sportive.

En conséquence, la décision de la cour d’appel rejetant la demande de remboursement du Fonds de garantie des victimes d’infraction à l’encontre de l’association est cassée et les parties renvoyées devant les juges du fond.

Cour de cassation, 2e civ., n° 17-19.957, 5 juillet 2018
 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdomadaire d’Associations Mode d'emploi

Nous vous recommandons

On n’exclut pas qui on veut, quand on veut

On n’exclut pas qui on veut, quand on veut

Lorsqu’un membre ou un dirigeant ne se conforme pas aux statuts ou au règlement intérieur, votre association peut engager une procédure d’exclusion. Il vous faudra pour cela respecter le droit à la[…]

16/04/2021 | Droit associatif
Les carences de l’État en matière de lutte contre le changement climatique constituent un préjudice moral à l’égard d’associations de protection de l’environnement

Les carences de l’État en matière de lutte contre le changement climatique constituent un préjudice moral à l’égard d’associations de protection de l’environnement

Une fermeture administrative d’un lieu de culte ne porte pas atteinte à la liberté d’association

Une fermeture administrative d’un lieu de culte ne porte pas atteinte à la liberté d’association

Pas plus de un cinquième de salariés au conseil d’administration d’une Arup

Pas plus de un cinquième de salariés au conseil d’administration d’une Arup

Plus d'articles