Nous suivre Associations Mode d’emploi

abonné

[Interview] « La charte régionale n’est qu’une étape qu’il faudra développer au niveau des territoires »

Sujets relatifs :

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Entretien avec Jean-Louis Davot, président du Mouvement associatif de Franche-Comté.
 

Quelles sont les raisons qui ont favorisé la mise en place d’une charte régionale d’engagements réciproques ?

Nous avions suivi avec intérêt la mise en place de la Charte nationale d’engagements réciproques entre associations et pouvoirs publics. L’un de ses buts était d’offrir la possibilité aux régions, départements, villes ou autres collectivités de l’adapter à leur contexte local. La déclinaison régionale concrétise un travail mené conjointement depuis quelques années entre la région de Franche-Comté, le mouvement associatif et l’État. C’est un rapprochement progressif voulu par les trois partenaires pour lequel le mouvement associatif a joué un rôle de facilitateur.

Depuis deux ans, nous travaillons ensemble sur deux thématiques, la formation des bénévoles et l’accompagnement de la vie associative. Il s’agit avant tout de constituer un réseau en complément des dispositifs locaux d’accompagnements (DLA), de créer une dynamique commune, de travailler ensemble et de mettre en relation les maisons des associations, les les centres
de ressources et d’information des bénévoles (Crib), etc.

Quels sont les enjeux d’une telle collaboration ?

Les objectifs de la charte sont d’améliorer les relations entre acteurs associatifs et pouvoirs publics tout en dotant les associations et l’État d’instruments qui améliorent leur coopération dans le cadre d’un rapport contractuel redéfini. L’idée première est de créer un espace de dialogue concerté, de faire évoluer les relations entre l’État, les associations et les collectivités locales.

À titre d’exemple, la traduction concrète en Franche-Comté pourrait être de mettre en place des formations en liaison avec la loi ESS pour les élus et/ou les agents territoriaux. Au niveau interne, les partenariats peuvent aller au-delà de la charte. Ils pourront notamment déboucher sur des collaborations concrètes entre le mouvement associatif Bourgogne et celui de Franche-Comté par exemple.

Quels sont les engagements pris par chacun ?

Nous nous sommes engagés à poursuivre nos démarches de développement et d’organisation de nos complémentarités dans une relation de confiance et de relations partenariales ;[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

Remunicipalisation d’une activité associative : conséquences pour le personnel

Remunicipalisation d’une activité associative : conséquences pour le personnel

Une personne publique peut reprendre en interne une activité gérée, pour elle, par une association. Le personnel peut alors se voir proposer des contrats de droit privé ou de droit public selon les conditions. La[…]

[VIDÉO] Qu'est-ce qu'une maison des associations ?

[VIDÉO] Qu'est-ce qu'une maison des associations ?

[VIDÉO] Le Dispositif d'accompagnement local (DLA) aide les associations à se développer

[VIDÉO] Le Dispositif d'accompagnement local (DLA) aide les associations à se développer

Dans quelle mesure la commune peut-elle « prêter ses agents » à l’association ?

Dans quelle mesure la commune peut-elle « prêter ses agents » à l’association ?

Plus d'articles