Nous suivre Associations Mode d’emploi

[Interview] « Dans trop d’associations, il y a un flou entre le statut de bénévole et celui de salarié »

Sujets relatifs :

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

[Interview] « Dans trop d’associations, il y a un flou entre le statut de bénévole et celui de salarié »

© DR

Interview de Florian Martinez et Lucie Bellotto, Syndicat Asso (Action des salarié.e.s du secteur associatif)

Quelles sont les grandes difficultés de l’emploi associatif ?

Le problème principal, c’est la précarité. Ce sont des emplois peu stables, peu rémunérés avec des contrats de travail qui peuvent être dérogatoires au code du travail et qui très souvent ne correspondent pas aux tâches et aux responsabilités qui sont demandées aux salariés. 53 % des salariés associatifs sont en CDI (contre 80 % dans le reste du privé), 30 % sont hors convention collective (8 % dans le reste du privé). Dans trop d’associations il y a un flou entre le statut de bénévole, de salarié, de militant qui conduit parfois à des situations d’« auto-exploitation ». Tout cela cause beaucoup de souffrance au travail, tout particulièrement dans les très petites associations. Ajoutons à cela l’instrumentalisation du service civique qui est parfois utilisé comme un moyen de remplacer l’emploi…

Qu’est-ce qui motive les salariés associatifs à adhérer à votre syndicat ?

Ils le font pour des raisons politiques et militantes, mais il y a souvent un moment clé dans leur engagement, c’est le désenchantement. Ce sont des personnes volontaires, qui croient aux valeurs des associations qui les emploient et qui, brusquement, découvrent qu’il y a contradiction entre ces valeurs et leurs conditions de travail. Ils s’aperçoivent souvent qu’ils ne sont pas les seuls à vivre cette déception et, de leur situation individuelle, ils souhaitent passer à une dimension de lutte plus collective. Aujourd’hui, notre jeune syndicat regroupe 300 adhérents et adhérentes. Ce sont en règle générale des primo-syndiqués, plutôt jeunes et plutôt des femmes.

Quelles actions sont nécessaires ?

Il y a un gros travail d’information à faire auprès des salariés associatifs. Beaucoup, par exemple, ignorent qu’ils peuvent faire appel à des conseillers auprès de leur Direccte. Dans les restructurations (regroupements, fusions…), il faudrait que les salariés soient davantage impliqués et pris en compte. Il serait normal qu’il puisse y avoir des instances représentatives du personnel même dans les petites structures associatives (qui ont moins de dix salariés). Nous interpellons les associations sur la mise en cohérence des valeurs qu’elles affichent avec leurs pratiques. Leurs difficultés financières sont réelles, mais est-ce une raison pour recourir massivement au volontariat ou au stage ou pour imposer à leurs équipes un management entrepreneurial ?

Propos recueillis par Sophie Weiler


En savoir plus : https://syndicat-asso.fr

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdomadaire d’Associations Mode d'emploi

Nous vous recommandons

Les lycéens s’engagent plus dans les associations qu’en politique

Les lycéens s’engagent plus dans les associations qu’en politique

Alors que 87 % des lycéens n’ont pas ou peu confiance dans les partis politiques et 78 % dans le gouvernement, « les lycéens ne sont pas, pour autant, désintéressés par l’idée de[…]

Emploi associatif : la fin d’une spécificité

Emploi associatif : la fin d’une spécificité

Contrats aidés : la baisse continuera

Contrats aidés : la baisse continuera

[INTERVIEW] « L’axe de l’action collective s’est déplacé de la vie statutaire vers le pilotage des projets »

[INTERVIEW] « L’axe de l’action collective s’est déplacé de la vie statutaire vers le pilotage des projets »

Plus d'articles
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX