Nous suivre Associations Mode d’emploi

abonné

Impôts commerciaux : sectoriser ou filialiser ?

Sujets relatifs :

, ,

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Impôts commerciaux : sectoriser ou filialiser ?

© Olivier Le Moal/Adobestock

Une association peut être soumise aux impôts commerciaux en fonction de la nature lucrative ou non de ses activités ainsi que de la part et du montant de chacune. Les séparer permet dans certaines situations de minorer les impôts dont l’association est redevable.

Même d’intérêt général, une association qui a principalement des activités lucratives est redevable de la taxe sur la valeur ­ajoutée (TVA) et de l’impôt sur les sociétés (IS) sur toutes ses activités et de la contribution économique territoriale (CET) sur ses seules activités lucratives.


Fiscalité de l'association

Une association d’intérêt général qui a principalement des activités non lucratives et dont les recettes lucratives annuelles sont inférieures à 61 145 euros n’est pas soumise à la TVA ni à la CET et est hors du champ de l’IS au taux de droit commun (mais peut être concernée par l’IS à taux réduit sur les revenus patrimoniaux).

En revanche, une association qui a principalement des activités non lucratives mais dont[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

Établissements sociaux : la modulation de tarif sera-t-elle avantageuse ?

Établissements sociaux : la modulation de tarif sera-t-elle avantageuse ?

Les établissements et services sociaux et médico-sociaux bénéficient de deux nouvelles mesures : la libre affectation des résultats et la prévision de la modulation du tarif en fonction[…]

17/10/2018 | Social
Les soldes intermédiaires de gestion

Les soldes intermédiaires de gestion

Un nouveau modèle de gouvernance pour le sport

Un nouveau modèle de gouvernance pour le sport

[INTERVIEW] « Il faut défendre l’idée d’une véritable expertise associative en matière de développement durable »

[INTERVIEW] « Il faut défendre l’idée d’une véritable expertise associative en matière de développement durable »

Plus d'articles