Nous suivre Associations Mode d’emploi

« Il y a un enjeu de reconnaissance de l’éducation populaire comme complémentaire de l'Education nationale »

Sujets relatifs :

, ,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

« Il y a un enjeu de reconnaissance de l’éducation populaire comme complémentaire de l'Education nationale »

© Monika 3 Steps Ahead/Adobestock

Interview d'Audrey Baudeau, déléguée générale du Cnajep 

Peut-on parler de renouveau de l’éducation populaire ?

L’éducation populaire a continuellement été dans l’innovation et, de tout temps, elle a attrapé les questions qui se posaient à la société. Il y a certes des acteurs nouveaux qui participent de l’éducation populaire sans en être des acteurs historiques, mais on observait déjà cela dans le passé. Ce que je note en revanche, c’est que les périodes électorales qui étaient traditionnellement des moments de débat ne sont plus les seules, et même qu’elles sont de moins en moins plébiscitées.

D’où un intérêt grandissant pour la question : comment construire des citoyens ? La démarche proposée par l’éducation populaire reste d’actualité : inviter les citoyens à regarder la société, à l’analyser ensemble, à débattre, réfléchir, et agir. C’est une démarche globale qui permet ensuite de se confronter ou de conforter des décisions politiques.

Les pouvoirs publics y sont-ils sensibles ?

Malheureusement, ce genre de démarche, collective, critique, n’est guère dans l’air du temps. On préfère aujourd’hui regarder les innovations qui avancent vite, qui sont souvent des initiatives plus individuelles et moins politiques, alors que l’éducation populaire inscrit son action dans un temps long, prend le temps du débat pour mieux avancer ensemble.

Or, aujourd’hui, l’éducation populaire n’est pas identifiée politiquement. Il y a clairement pour nous un enjeu de reconnaissance de l’éducation populaire comme complémentaire de l’Éducation nationale, mais aussi comme indispensable tout au long de la vie.

À quelles difficultés sont confrontées les associations d’éducation populaire ?

Tandis que les enjeux sociétaux sont énormes (autour des transitions numérique, écologique…) et que des dynamiques agissent face à de nombreux problèmes, les associations d’éducation populaire, comme le reste du mouvement associatif, ont de moins en moins les moyens humains de leurs ambitions. Elles font face à des restrictions budgétaires continues et l’agenda d’un responsable associatif ressemble aujourd’hui à celui d’un P-DG ! Il est évident qu’il y a tension et que le travail des associations n’en est pas facilité.

Propos recueillis par Michel Lulek

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdomadaire d’Associations Mode d'emploi

Nous vous recommandons

 Quels documents la banque peut-elle exiger de l’association ?

Quels documents la banque peut-elle exiger de l’association ?

La réglementation oblige les banques à exiger certains documents de leurs clients. Elles peuvent aussi demander à l’association tout document qu’elles jugeront utile pour mieux connaître son fonctionnement.[…]

31/01/2019 | Gestion
[Agenda 2030 de l'ONU] Les associations veulent  rendre les villes « intelligentes »

[Agenda 2030 de l'ONU] Les associations veulent rendre les villes « intelligentes »

Compte de résultat et bilan : à chacun son rôle

Compte de résultat et bilan : à chacun son rôle

Quel bail pour un local associatif ?

Quel bail pour un local associatif ?

Plus d'articles