Nous suivre Associations Mode d’emploi

Fusion entre associations : les incohérences ont été corrigées

Sujets relatifs :

Fusion entre associations : les incohérences ont été corrigées

© graphlight/Fotolia.com

Parmi les documents à mettre à disposition des membres des associations concernées par une opération de fusion, il y avait jusqu’à présent un extrait des délibérations des organes délibérants ayant arrêté le projet de fusion. Or, il pouvait y avoir un doute sur la notion « d’organe délibérant ». Aussi, le terme a été remplacé par « les personnes chargées de l’administration » de l’association, ce qui renvoie plus explicitement à l’organe de gestion de l’association, bien souvent le conseil d’administration ou le bureau.

Par ailleurs, il existait une incohérence entre les textes législatif et réglementaire en ce qui concernait la nomination du commissaire à la fusion. L’article 9 bis de la loi 1901 indiquait que le commissaire à la fusion était désigné d’un commun accord par les associations qui procèdent à l’apport, tandis que le décret du 16 août 1901 (article 15) indiquait que le commissaire à la fusion était désigné par le président du tribunal de grande instance, statuant sur requête. Le décret précise désormais que la désignation du commissaire à la fusion par le président du TGI, sur requête, n’est qu’une possibilité.

Décret n° 2017-908 du 6 mai 2017 portant diverses dispositions relatives au régime juridique des associations

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdomadaire d’Associations Mode d'emploi

Nous vous recommandons

Un référé liberté pour protéger les libertés fondamentales

Un référé liberté pour protéger les libertés fondamentales

Si une décision administrative porte une atteinte grave et manifestement illégale à une liberté fondamentale, les associations peuvent utiliser le référé liberté. Un outil qui ne[…]

11/02/2019 |
L’amende prévue pour délivrance irrégulière de reçu fiscal est annulée

L’amende prévue pour délivrance irrégulière de reçu fiscal est annulée

Loi pour un État au service d’une société de confiance : une circulaire non publiée au bout de 4 mois est considérée comme abrogée

Loi pour un État au service d’une société de confiance : une circulaire non publiée au bout de 4 mois est considérée comme abrogée

Rédiger le règlement intérieur de l’association

Rédiger le règlement intérieur de l’association

Plus d'articles