Nous suivre Associations Mode d’emploi

abonné

Fonds de pérennité : faux espoirs ?

Pierre Delicata, avocat, Cabinet Delsol Avocats

Sujets relatifs :

, ,
Fonds de pérennité : faux espoirs ?

© Drazen - stock.adobe.com

Créé par la loi Pacte de 2019, le fonds de pérennité peut, de manière optionnelle, financer des projets d’intérêt général. Une nouvelle source de financement pour les associations ? Oui, mais…

À l’heure où les boomers, qu’ils soient entrepreneurs ou actionnaires, s’apprêtent à passer le flambeau, il fallait trouver un modèle de transmission répondant aux aspirations des générations X, Y, Z, pour lesquelles la responsabilité sociale des entreprises est un point cardinal. C’est ce qu’a fait la loi Pacte en introduisant en France le fonds de pérennité, inspiré du modèle des fondations actionnaires en Europe du Nord (Suède, Danemark, Allemagne). De nombreuses entreprises y sont détenues par des fondations ou des institutions équivalentes, auxquelles a été donnée ou léguée la majorité, parfois la totalité, du capital, dans le but de garantir leur pérennité et de financer, grâce aux bénéfices de l’entreprise, des œuvres d’intérêt général.

Économie et philantropie

Le fonds de pérennité est constitué par l’apport gratuit et irrévocable, par un ou plusieurs fondateurs, de tout ou partie du capital d’une ou plusieurs[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

Quand les fondations exigent la reconnaissance d’intérêt général

Quand les fondations exigent la reconnaissance d’intérêt général

De plus en plus de fondations réservent leurs aides aux associations d’intérêt général. Certaines exigent même que cette qualité soit préalablement reconnue par les services fiscaux.[…]

31/05/2022 | FinancementsMagazine
Coopérer à plusieurs associations peut faciliter vos rentrées d’argent

Coopérer à plusieurs associations peut faciliter vos rentrées d’argent

Sport : un 3e AAP Impact 2024

Sport : un 3e AAP Impact 2024

Crise sanitaire : 20 % de perte pour la culture

Crise sanitaire : 20 % de perte pour la culture

Plus d'articles