Nous suivre Associations Mode d’emploi

Faut-il en finir avec le mécénat ?

Michel Lulek

Sujets relatifs :

,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Faut-il en finir avec le mécénat ?

© Brad Pict - stock.adobe.com

La question, un brin iconoclaste, sera posée au Forum des mécènes organisé le 1er octobre prochain par Admical. Si les polémiques sur le financement de la reconstruction de Notre-Dame ont mis en évidence certains risques, le mécénat est en fait plus désintéressé et varié qu’on ne le croit. Mais il ne compensera pas la baisse des financements publics.

Une charpente en flammes, une cathédrale en ruine : il n’en a pas fallu plus pour que soit relancé le débat sur la place du mécénat dans les financements associatifs. Notre-Dame brûlait encore que quelques grosses fortunes alignaient déjà les millions pour sa restauration. 100 millions du côté de Monsieur Pinault, 200 du côté de Monsieur Arnault… Et ils n’étaient pas les seuls.

À côté d’eux, les collectivités faisaient ce qu’elles pouvaient, le conseil régional d’Ile-de-France mobilisant 10 millions et la mairie de Paris 50. La Fondation du Patrimoine a ouvert une cagnotte et une souscription nationale a rassemblé 850 millions de promesses de dons.

Des associations expriment leur malaise

En 24 heures, toutes les questions que soulève le mécénat ont été posées :

est-ce aux grandes fortunes de suppléer aux financements publics pour un monument national ? La générosité des mécènes est-elle si désintéressée, la défiscalisation leur permettant de jouer à bon compte les bienfaiteurs ? D’autres causes ne méritent-elles pas au moins autant de mobilisation ? Etc. 

Les cendres de Notre-Dame étaient encore chaudes que des responsables associatifs manifestaient leur malaise. « On aimerait que cet élan aille aussi vers les gens les plus démunis, la solidarité, c’est un autre trésor national » confiait au Monde Florent Gueguen, le directeur de la Fédération des acteurs de la solidarité.

Du côté de la Fondation Abbé Pierre on tweetait : « nous sommes très attachés au lieu des funérailles de l’abbé Pierre. Mais nous sommes également très attachés à son combat. Si vous pouviez abonder 1 % pour les démunis, nous serions comblés ».

 

-> A lire : l'interview de Sylvaine Parriaux, déléguée générale d'Admical : 

Les entreprises mécènes 

Le mécénat d’entreprise est loin d’être une terra incognita et plusieurs structures se penchent régulièrement sur ce phénomène en expansion. On dispose ainsi, pour ne citer que les deux plus récentes enquêtes sur le sujet, du Panorama 2018 des fondations et des fonds de dotation créés par des entreprises mécènes et du Baromètre 2018 d’Admical.

On y apprend que la générosité des entreprises n’est pas aussi machiavélique que le soupçonnent certains, puisqu’il s’avère que quasiment une entreprise mécène sur deux ne déclare pas (ou seulement de manière partielle) ses dons pour bénéficier de la déduction fiscale. Et si les très grandes entreprises représentent plus de la moitié des dons déclarés, elles ne constituent qu’une infime part des entreprises mécènes : 0,3 % !

Une information extrêmement intéressante pour nombre de petites associations locales qui, plutôt que de tenter de séduire Orange ou Enedis, ont sans doute intérêt à aller voir l’entreprise voisine. C’est particulièrement vrai pour les associations sportives : 43 % des entreprises engagées dans une action de mécénat les soutiennent – mais pour seulement 2 % du budget du mécénat.

Le mécénat en progression constante

Autre information importante : les mécènes ne misent pas tout sur la culture, l’art ou le patrimoine, comme l’engouement pour Notre-Dame a pu le laisser croire. Sur le podium des causes les plus soutenues par les fondations d’entreprise se succèdent dans l’ordre : l’éducation, l’action sociale et l’insertion professionnelle.

C’est ce qui ressort du Panorama des fondations basé sur les réponses de 84 fondations que nuance cependant Admical : si le social arrive bien en tête (28 % du budget du mécénat), la culture et le patrimoine ne sont pas loin derrière (25 %), juste avant l’éducation (23 %).

Mais l’enseignement le plus encourageant pour les associations est le suivant : le mécénat ne cesse de progresser,

-> en nombre d’entreprises (passées de 28 000 ayant déclaré des dons en 2010 à 73 500 aujourd’hui)

-> et en volume financier : 945 millions de dons déclarés en 2010 et 1,7 milliard aujourd’hui.

Comme ces chiffres ne concernent que les dons déclarés, Admical estime en réalité entre 3 et 3,6 milliards le mécénat d’entreprise. Un mécénat qui a encore des marges de progression puisque 85 % des entreprises interrogées indiquent qu’elles maintiendront (69 %) ou augmenteront (16 %) leur budget mécénat (contre 6 % seulement qui iront en sens inverse). Un chiffre qui ne cesse d’augmenter puisqu’il était de 69 % en 2013 et de 79 % en 2015.

Le mécénat ne comblera pas la baisse des subventions

Cela suffira-t-il pour remédier à la baisse des financements publics ? Sûrement pas, nous refroidissent des spécialistes du monde associatif. L’économiste Viviane Tchernonog indique que la part des dons et du mécénat dans les budgets associatifs, s’il progresse en valeur absolue, ne représente toujours que 4 à 5 % des budgets globaux des associations, une part à peu près stable depuis 2005.

Quant au président de la fondation Crédit coopératif, Hugues Sibille, il prévient : « croire que les dons et le mécénat pourraient remplacer les 20 % de subventions publiques en se multipliant par 4 est un leurre pur et simple, un mensonge ! » La « philanthropie à la française » qu’appelle de ses vœux Gabriel Attal (en se référant curieusement… à Bill Gates) ne saurait donc être la solution miracle. Et, s’il ne faut certainement pas vouloir en finir avec le mécénat, il ne faut sûrement pas en attendre trop, même s’il est légitime d’en attendre plus !

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdomadaire d’Associations Mode d'emploi

Nous vous recommandons

Le Corps européen de solidarité encourage le volontariat

Le Corps européen de solidarité encourage le volontariat

Plus de 96 millions d’euros sont dédiés en 2019 à l’accueil de jeunes volontaires, stagiaires ou encore employés au sein du Corps européen de solidarité. Des financements accessibles aux[…]

Comment déposer une réponse pour un marché public ?

Comment déposer une réponse pour un marché public ?

Solidarité internationale :  un soutien pour les associations issues de l’immigration

Solidarité internationale : un soutien pour les associations issues de l’immigration

La Fondation du patrimoine restaure l’âme des territoires

La Fondation du patrimoine restaure l’âme des territoires

Plus d'articles