Nous suivre Associations Mode d’emploi

abonné

« Faire des industriels le fer de lance du réemploi et un financeur de la vie associative, relève d’une confusion des rôles »

Sophie Weiler

Sujets relatifs :

,
« Faire des industriels le fer de lance du réemploi et un financeur de la vie associative, relève d’une confusion des rôles »

© Copyright 2021. All rights reserved.

Interview de Martin Bobel, secrétaire général adjoint en charge du plaidoyer du Réseau des ressourceries, et conseiller du Conseil économique, social et environnemental (Cese)

Le Sénat vient d’adopter un amendement orientant l’intégralité des fonds de réemploi aux acteurs de l’économie sociale et solidaire (ESS). De quoi s’agit-il ?

Le projet initial était de créer une caisse à gouvernance paritaire alliant ONG environnementales, associations d’élus, fédérations de solidarité et d’insertion et réseaux d’acteurs du réemploi solidaire. Cette caisse aurait été financée par une partie de l’écoparticipation : une forme de parafiscalité – fiscalité privatisée que les industriels paient pour financer le recyclage des biens mis sur le marché. Elle devait financer les associations œuvrant sur le réemploi solidaire (Emmaüs, ressourceries, recycleries), et permettre à des milliers d’associations de développer de nouvelles activités autour de la récupération et de la réduction des déchets.

Dans la loi Économie circulaire de 2019, ce dispositif a été voté à l’unanimité en première lecture au Sénat, mais le gouvernement et l’Assemblée ont décidé d’en faire un instrument différent : gouverné par l’industrie manufacturière et la grande distribution, le fonds unique a été découpé en de multiples fonds, son volume financier global a été divisé par deux et le périmètre associatif s’est élargi en direction de l’ESS dans son ensemble, intégrant de fait des structures à[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

Sport : un 3e AAP Impact 2024

Sport : un 3e AAP Impact 2024

Un troisième appel à projets (AAP) Impact 2024, doté de 5,8 millions d’euros (dont 2,8 millions pour les acteurs publics éligibles), a été lancé par l’Agence nationale du sport. Il[…]

Crise sanitaire : 20 % de perte pour la culture

Crise sanitaire : 20 % de perte pour la culture

Emprunter à ses adhérents pour assurer sa trésorerie

Emprunter à ses adhérents pour assurer sa trésorerie

Utiliser le mécénat de compétences dans le secteur public

Utiliser le mécénat de compétences dans le secteur public

Plus d'articles