Nous suivre Associations Mode d’emploi

abonné

État-associations : une indépendance toute relative

Sujets relatifs :

,
1 commentaire

1 commentaire

- 18/07/2018 12h:14

Le Haut conseil de la Coopération coexiste forte bien avec le Conseil Supérieur de l'ESS, chacun ayant des domaines spécifiques On ne comprend pas pourquoi ce ne serait pas la même chose avec le monde associatif Encore faut il que ces conseils fonctionnent ce qui dépend de la volonté gouvernemental; mais c'est un autre débat

Répondre au commentaire | Signaler un abus

État-associations : une indépendance toute relative

© Cambon

Tantôt choyées, tantôt honnies, les associations occupent une place à part dans les dispositifs législatifs, qui témoigne de l’ambivalence du regard de notre société à l’égard des corps intermédiaires. Si les circulaires Fillon puis Valls vont globalement dans le sens d’une sécurisation des rapports entre l’État et les associations, l’équilibre entre partenaire et prestataire reste difficile à trouver.

La révision générale des politiques publiques (RGPP) initiée par le gouvernement en 2007 a obligé les services de l’État à rendre compte de l’efficacité des politiques publiques. Très critiquée car considérée comme aux antipodes de la culture associative, la RGPP est probablement un des premiers textes qui ancre les associations dans une logique de prestation. Si son aspect mécanique manquait parfois d’humanisme, les associations ont dû inventer des indicateurs qualitatifs et quantitatifs, et intégrer l’évaluation dans la construction même des projets.

Minimis

Le 18 janvier 2010, via la circulaire Fillon, le gouvernement entame une démarche de sécurisation des relations financières entre les pouvoirs publics et le monde associatif. L’objectif principal est de[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

« Le modèle associatif doit être au cœur de la refondation »

« Le modèle associatif doit être au cœur de la refondation »

Interview de Claire Thoury, présidente du Mouvement associatif. Que retenez-vous de la première réunion du CNR le 8 septembre ? C’était une journée plutôt intéressante qui a permis de[…]

« Il est indispensable que la démarche d’évaluation soit construite par et pour l’association »

« Il est indispensable que la démarche d’évaluation soit construite par et pour l’association »

L’évaluation des actions associatives, arme à double tranchant

L’évaluation des actions associatives, arme à double tranchant

Trois ministres pour les associations

Trois ministres pour les associations

Plus d'articles