Nous suivre Associations Mode d’emploi

abonné

Épargne solidaire : quel placement et comment réussir son opération ?

Sujets relatifs :

, ,

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Les placements solidaires permettent aux épargnants de soutenir des associations ou des entreprises solidaires. Ces produits sont dorénavant diffusés par de nombreux établissements bancaires. Plus d’un million d’épargnants ont déjà choisi ce type de placements. Mais pour que ce soit une réussite, l’association doit en comprendre les mécanismes et s’impliquer dans la communication autour du projet.

On trouve deux types de produits d’épargne solidaire : le placement solidaire (ou investissement solidaire) et l’épargne de partage (ou produit de partage). En tant qu’épargnant, dans le premier cas, on choisit où on place et fait travailler son argent, dans le deuxième, à qui on reverse les bénéfices tirés de ses placements.

Placement solidaire

Lorsqu’on souscrit un placement solidaire, tout ou partie de son épargne (de 5 à 100 %) est investie dans des projets à forte utilité sociale et/ou environnementale. Un fonds de placement sera dit solidaire si 5 % à 10 % des encours collectés sont investis dans une entreprise solidaire. L’acquisition en direct de titres d’entreprises solidaires permet quant à elle d’aff ecter la totalité de son épargne à un projet solidaire. En 2015, 290 millions d’euros de placements solidaires ont permis la création de 31 000 emplois, le relogement de 4 500 personnes, l’approvisionnement de 50 000 foyers en électricité renouvelable ou le soutien de plus de 80 acteurs du développement économique dans les pays en développement. 440 millions d’euros ont par ailleurs été directement investis au capital des entreprises solidaires par les épargnants.

Épargne de[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

Les personnes-conseils qui facilitent la fraude fiscale risquent une amende de 50 % des revenus tirés de la prestation

Les personnes-conseils qui facilitent la fraude fiscale risquent une amende de 50 % des revenus tirés de la prestation

La loi n° 2018-898 relative à la lutte contre la fraude crée, par son article 19 I, II et IV, un article 1740 A bis qui sanctionne les conseils ayant intentionnellement aidé leurs clients à se soustraire à[…]

14/12/2018 | Gestion
Boostez votre événement Facebook en 10 étapes

Boostez votre événement Facebook en 10 étapes

Fusions d’associations : la doctrine fiscale a été mise à jour

Fusions d’associations : la doctrine fiscale a été mise à jour

57 propositions pour faciliter la pratique sportive

57 propositions pour faciliter la pratique sportive

Plus d'articles