Nous suivre Associations Mode d’emploi

Droits d’auteur : les « Creative commons » aident au partage de documents

Sujets relatifs :

,

Des images en open source

Si vous cherchez des images pour vos sites et publications avec les références précises (titre, auteur, URL, type de licence «?Creative Commons?» ou autre), vous pouvez aller sur CC Search, librestock, Photos for classes,?etc. Vous aurez accès à des banques d’images avec divers niveaux de permissions.
 
Sur CC Search, les images sont sous licence ouverte ou issues du domaine public venant des musées (Metropolitan Museum of Art, Cleveland Museum of Art) ou des arts graphiques (Behance, DeviantArt).

Note de l’éditeur : la licence Creative Commons BY-SA a été accordée à titre exceptionnel à cet article. D’une façon générale, le droit de reproduction des articles publiés dans Associations mode d’emploi est limité aux exceptions prévues par le législateur (copie privée, citation...).

Droits d’auteur : les « Creative commons » aident au partage de documents

© piter2121 - stock.adobe.com

Votre association produit des contenus et vous souhaitez les diffuser largement tout en respectant les droits d’auteur ? Si l’auteur ne peut légalement être dépossédé de ses droits, les licences « Creative Commons » permettent de les exploiter.

Si aucune précision n’est donnée par rapport à un document, c’est le mode de publication par défaut « tous droits réservés » qui s’applique. Ce mode ne donne aucune latitude à l’utilisateur. Son seul droit est de pouvoir la consulter. Si vous voulez faciliter sa diffusion, il faut donner dès le départ des droits supplémentaires à l’utilisateur.

Le droit d'auteur est inaliénable

C’est bien le rôle et l’esprit des licences « Creative Commons » (que l’on peut traduire par communs créatifs). Nées au début des années 2000 pour adapter les lois du copyright jugées trop restrictives par certains, elles sont un outil juridique qui garantit à la fois la protection des droits de l’auteur d’une œuvre artistique et la libre circulation du contenu culturel de cette œuvre.

Contrairement à une idée répandue, associer une licence « Creative Commons » à une « œuvre » ne « dépossède » pas l’auteur de ce qu’il a produit. Et, en droit français, on ne peut en effet pas renoncer à son droit d’auteur, il est inaliénable. Utiliser une licence libre contribue à nourrir un patrimoine d’œuvres accessibles librement par tous et à faciliter la circulation de l’information.

6 licences Creative Commons

Le site « Creative Commons » vous accompagne pour faciliter le partage de vos contenus. Différentes options, avec des pictogrammes très explicites sont possibles en fonction de la manière dont vous souhaitez partager vos productions.

Quatre options (Attribution, Pas de modification, Partage dans les mêmes conditions et Pas d’utilisation commerciale) permettent, par combinaisons, de générer six licences différentes :

  1. Attribution (BY),
  2. Attribution + Pas de modification (BY ND),
  3. Attribution + Pas d’utilisation commerciale + Pas de modification (BY NC ND)
  4. Attribution + Pas d’utilisation commerciale (BY NC)
  5. Attribution + Pas d’utilisation commerciale + Partage dans les mêmes conditions (BY NC SA)
  6. Attribution + Partage dans les mêmes conditions (BY SA).

Les licences « Creative Commons » contenant la clause NC (non commerciale) et ND (pas de modification) ne peuvent pas être retenues comme licence libre selon la Fondation pour le logiciel libre (FSF). Pour la non-modification, elle est souvent apposée par crainte de voir le fond de l’écrit modifié.

Arnaud Champollion et Laurent Costy

En savoir plus : 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdomadaire d’Associations Mode d'emploi

Nous vous recommandons

Participez à l'enquête « Les responsabilités du dirigeant bénévole »

Participez à l'enquête « Les responsabilités du dirigeant bénévole »

Le Mouvement associatif, en partenariat avec Aésio et Recherches et Solidarités, viennent de lancer une étude sur « La responsabilité du dirigeant bénévole ». Dans ce contexte de crise[…]

La valorisation du nom du mécène ne peut représenter qu’une contrepartie très inférieure au montant du don

La valorisation du nom du mécène ne peut représenter qu’une contrepartie très inférieure au montant du don

Comment contester un rescrit fiscal ?

Comment contester un rescrit fiscal ?

[Covid-19] Les AG ne peuvent pas se tenir en présentiel

[Covid-19] Les AG ne peuvent pas se tenir en présentiel

Plus d'articles