Nous suivre Associations Mode d’emploi

abonné

Crise des métiers de l'humain : le secteur associatif n'est pas épargné

Crise des métiers de l'humain : le secteur associatif n'est pas épargné

© Reddragonfly - adobestock.com

Le livre Les Fossoyeurs et la tourmente qui touche le groupe privé lucratif Orpéa ont mis les Ehpad à la une de l'actualité. Si tous les établissement du secteur associatif ne sont pas forcément exemplaires, ils échappent au moins à une lucrativité qui pousse aux dérapages.

Le scandale déclenché par l'ouvrage du journaliste Victor Castanet, au-delà des dérives d'un groupe, pose la question plus générale des moyens dont dispose le secteur médico-social pour offrir aux personnes âgées un accueil digne et respectueux. Un sujet qui était au cœur d'un rapport publié en mai 2021 par le Défenseur des droits.

Des différences selon le statut commercial ou non-lucratif

Sur les six dernières années, le Défenseur des droits a instruit plus de 900 réclamations de personnes contestant les modalités de leur accompagnement médico-social ou celui de leurs proches. 80 % de ces dossiers mettent en cause un Ehpad (45 % concernaient un EHPAD à statut public, 30 % un Ehpad privé associatif et 25 % un Ehpad privé commercial). C'est dire qu'associatif ne rime pas[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

Prime pour soutenir le pouvoir d’achat

Prime pour soutenir le pouvoir d’achat

Les associations, comme tous les employeurs de droit privé, peuvent faire bénéficier leurs salariés de la « prime de partage de la valeur » qui est exonérée de cotisations sociales dans la[…]

Rémunération d’un salarié d’association transféré vers une collectivité publique

Rémunération d’un salarié d’association transféré vers une collectivité publique

Propositions du Cese pour les métiers de l’action sociale et éducative

Propositions du Cese pour les métiers de l’action sociale et éducative

Cinq ans pour requalifier un contrat de travail

Cinq ans pour requalifier un contrat de travail

Plus d'articles