Nous suivre Associations Mode d’emploi

abonné

Cotisations : quelles règles pour mettre en place le prélèvement automatique ?

Sujets relatifs :

, ,

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Le prélèvement automatique des cotisations simplifie la gestion des encaissements. Mais l’autorisation de prélèvement est désormais placée sous la seule responsabilité de l’association qui doit vérifier qu’elle est bien remplie et assurer sa conservation.

Le prélèvement automatique bancaire est un moyen de paiement vous donnant accès au compte bancaire de la personne qui vous doit de l’argent. Cette personne est appelée le « débiteur », et l’association est appelée le « créancier ». 

Norme Sepa

Existant depuis 1988, les prélèvements automatiques bancaires ont évolué en passant aux normes Sepa au 1er août 2014 (1). Concrètement, l’association doit avoir un numéro Identifiant créancier Sepa (ICS), c’est-à-dire un numéro unique et pérenne qui permet d’identifier l’association à l’émission des prélèvements. Ce numéro est attribué par la Banque de France et est à demander à votre banque qui fera les démarches pour vous. Ce numéro ICS remplace le Numéro national d’émetteur (NNE). 

Mandat 

Avant toute émission de prélèvement, il est impératif de faire signer à vos débiteurs un « mandat de prélèvement Sepa ». La forme du mandat est libre, vous pouvez même le faire vous-même, en respectant bien les informations obligatoires à indiquer dessus (voir encadré). Sinon, votre banque peut vous fournir un modèle. Cette autorisation est désormais sous votre seule responsabilité et n’est plus à envoyer à la banque. L’association est la seule à l’émettre et à vérifier qu’elle est bien remplie. Elle doit aussi la conserver (en format papier ou dématérialisé), produire l’original en[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

Les comptes annuels désormais obligatoires pour les associations cultuelles

Les comptes annuels désormais obligatoires pour les associations cultuelles

La loi du 10 août 2018 pour un État au service d’une société de confiance modifie l’article 21 alinéa 1 de la loi du 9 décembre 1905 et oblige désormais les associations cultuelles[…]

Prêter de l’argent à son association

Prêter de l’argent à son association

[VIDÉO] Quelle différence entre un expert comptable et un commissaire aux comptes ?

[VIDÉO] Quelle différence entre un expert comptable et un commissaire aux comptes ?

Les soldes intermédiaires de gestion

Les soldes intermédiaires de gestion

Plus d'articles