Nous suivre Associations Mode d’emploi

Conteur amateur, pas entrepreneur !

Après lui avoir confié la réalisation de 79 séances d'une heure de lecture, une commune avait rompu le contrat la liant à une association de conteurs bénévoles, défrayés.

Pour la commune, le groupement d'amateurs, entrait dans le champ d'application des articles L7122-2 et R7122-26 du Code du travail limitant à 6 par an le nombre de représentations organisées par des entrepreneurs de spectacle occasionnels sans licence. La cour administrative d'appel de Marseille lui a donné tort. Du fait que l'association n'a retiré pour ses membres aucune rémunération liée à ces séances et qu'elle n'a fait appel à aucun artiste de spectacle rémunéré, cette résiliation est infondée. Ainsi, l'association ayant été privée, sans raison suffisante, de l'exercice de son activité bénévole prévue par ses statuts, elle a droit à la réparation du préjudice subi par la faute de la commune.

En savoir plus

 

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdomadaire d’Associations Mode d'emploi

Nous vous recommandons

Dirigeant de fait  :  une situation à risque

Dirigeant de fait : une situation à risque

Laisser une personne prendre des décisions au sein de l’association sans avoir été mandatée pour cela peut la rendre dirigeante de fait. Une situation dangereuse, tant pour elle-même que pour[…]

24/01/2020 |
 Une association qui sous-loue un local communal n’est pas gestionnaire de fait

Une association qui sous-loue un local communal n’est pas gestionnaire de fait

Pro A : la reconversion par l’alternance

Pro A : la reconversion par l’alternance

 Un bénévole n’engage sa responsabilité qu’en cas de faute personnelle

Un bénévole n’engage sa responsabilité qu’en cas de faute personnelle