Nous suivre Associations Mode d’emploi

abonné

Comment se protéger face à la cybercriminalité ?

Sujets relatifs :

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Comment se protéger face à la cybercriminalité ?

© Babouse

La cybercriminalité est le 2e type de fraude le plus répandu en France. Selon une étude (1), huit entreprises sur dix ont été victimes d’au moins une tentative de fraude sur l’année écoulée et 25 % ont été visées par des attaques multiples.  Les associations sont particulièrement vulnérables du fait de systèmes informatiques moins performants, avec des postes partagés ou en accès libre. Quels sont les risques et comment s’en prémunir ? Les attaques dont peuvent être victimes les associations se classent en deux catégories : les fraudes réalisées à l’aide de la technique d’ingénierie sociale qui consiste à obtenir un bien ou une information en exploitant la confiance, l’ignorance ou la crédulité de tierces personnes. C’est la fraude au président, aux faux fournisseurs, au faux test de virement, au faux bailleur, au faux contrôleur fiscal... (voir encadré) ;   les cyberattaques où le hacker, après avoir pris connaissance de la cible en collectant des informations sur elle, va identifier les failles techniques qu’il exploitera pour s’introduire dans le système (phase d’intrusion). S’ensuit une phase d’exfiltration qui a pour objectif d’extraire les données sensibles sans laisser de trace. Fraude par usurpation La meilleure parade pour se protéger face au premier type de fraude (par usurpation d’identité) est la sensibilisation et la formation des salariés et des bénévoles, en particulier des personnes ayant une fonction plus exposée (trésorier, responsable administratif et financier, comptable) mais également les stagiaires et intérimaires qui sont souvent une cible facile. Il faut en particulier les inciter à une plus grande[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

« La première règle de la bonne gestion associative est de tenir des comptes »

« La première règle de la bonne gestion associative est de tenir des comptes »

Interview de Gérard Lejeune, expert-comptable, membre du groupe de travail Associations de la Compagnie nationale des commissaires aux comptes et de l’ordre des experts-comptables Comment voyez-vous l’évolution de la[…]

04/07/2018 | Gestion
Une révolution fiscale qui n’est pas terminée

Une révolution fiscale qui n’est pas terminée

Appel public à la générosité : le compte d’emploi ressources pas toujours obligatoire

Appel public à la générosité : le compte d’emploi ressources pas toujours obligatoire

Établir un prévisionnel d’activité

Établir un prévisionnel d’activité

Plus d'articles
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX