Nous suivre Associations Mode d’emploi

Circulaire Valls : toujours plus, pour expulser plus

Sujets relatifs :

Dans un communiqué de presse du 27 mars dernier un collectif composé de 24 associations dont l'Acat (Action des chrétiens pour l'abolition de la torture), la Fnars (Fédération nationale des associations d'accueil et de réinsertion sociale) ou la Cimade, dénonce une circulaire du ministère de l'Intérieur du 11 mars 2014 dite circulaire Valls, relative aux priorités pour l'année 2014 dans la « lutte contre l'immigration irrégulière ».

Cette circulaire affirme que « le niveau total des éloignements forcés atteint son plus haut niveau depuis 2006 ». L'objectif de ce texte est clair : il encourage les préfets à user de tous les moyens de coercition avec le concours de la police. De plus, « les associations et les travailleurs sociaux sont poussés à participer à la localisation et au contrôle des personnes alors que leur rôle est de les accompagner et de leur porter assistance. [...] Cette circulaire [est] attentatoire aux droits les plus fondamentaux des migrants. Et les associations de regretter que « Ce signal est extrêmement inquiétant à quelques semaines de la discussion sur le projet de loi portant sur la réforme de l'asile en France. »

Voir le communiqué de presse en pièce jointe

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdomadaire d’Associations Mode d'emploi

Nous vous recommandons

Élections municipales : ce que les associations peuvent faire… ou pas

Élections municipales : ce que les associations peuvent faire… ou pas

Le code électoral interdit aux associations d’afficher leur soutien à un candidat à une élection. Enfreindre cette disposition peut annuler l’élection. La période préélectorale[…]

11/10/2019 | Droit associatifNumérique
Notre-Dame de Paris : le taux de la réduction d’impôt est porté à 75 %

Notre-Dame de Paris : le taux de la réduction d’impôt est porté à 75 %

L’arbitrage, une alternative au tribunal

L’arbitrage, une alternative au tribunal

 La banque n’est pas responsable en cas de documents falsifiés

La banque n’est pas responsable en cas de documents falsifiés

Plus d'articles