Nous suivre Associations Mode d’emploi

abonné

Chèque emploi ou Impact emploi : lequel choisir ?

François Cauchy, membre du collectif de gouvernance de l'Assosphère
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Chèque emploi ou Impact emploi : lequel choisir ?

© Wayhome Studio - stock.adobe.com

L’Urssaf a lancé deux dispositifs pour aider les associations à gérer leurs emplois : le Chèque emploi associatif et Impact emploi association. Quelles sont les différences entre ces deux solutions ?

Le chèque emploi associatif (CEA) est réservé aux associations à but non lucratif situées en France métropolitaine et aux fondations employant des salariés relevant du régime général, quel que soit leur nombre. Il leur permet d’accomplir gratuitement une partie des formalités liées à l’embauche et à la gestion de leurs salariés. L’association doit utiliser exclusivement ce dispositif pour l’ensemble de ses salariés.

Le dispositif impact emploi association (IEA) permet, lui, une prise en charge globale des formalités de gestion d’un salarié dans une association : une association « tiers de confiance » réalise, pour le compte de l’association employeur, les formalités liées à l’embauche, les bulletins de salaire et l’ensemble des déclarations sociales et fiscales et sert[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

Prime pour soutenir le pouvoir d’achat

Prime pour soutenir le pouvoir d’achat

Les associations, comme tous les employeurs de droit privé, peuvent faire bénéficier leurs salariés de la « prime de partage de la valeur » qui est exonérée de cotisations sociales dans la[…]

Rémunération d’un salarié d’association transféré vers une collectivité publique

Rémunération d’un salarié d’association transféré vers une collectivité publique

Propositions du Cese pour les métiers de l’action sociale et éducative

Propositions du Cese pour les métiers de l’action sociale et éducative

Cinq ans pour requalifier un contrat de travail

Cinq ans pour requalifier un contrat de travail

Plus d'articles