Nous suivre Associations Mode d’emploi

abonné

Ces associations qui œuvrent pour l’habitat inclusif

Sophie Weiler

Sujets relatifs :

,
Ces associations qui œuvrent pour l’habitat inclusif

© Lasserpe

« Vivre chez soi sans être seul » ou comment les associations proposent de nouvelles formes d’habitat collectif pour personnes âgées, ou vivant avec un handicap.

Le concept d’habitat inclusif ou d’habitat API (habitat accompagné, partagé et inséré dans la vie locale) a été introduit par la loi Elan du 23 novembre 2018. Habitat « accompagné » par des services d’aide à la personne, « partagé » par des temps de vie en commun, et « insérés » dans leur environnement. C’est un mode d’habitat destiné aux personnes handicapées et aux personnes âgées qui font le choix, à titre de résidence principale, d’un mode d’habitation regroupé, entre elles ou avec d’autres personnes, et assorti d’un projet de vie sociale et partagée (code de l’action sociale et des familles, art. L.281-1).

Accompagnement multiforme

Depuis une vingtaine d’années, les acteurs du monde associatif créent ainsi de petites structures conciliant un ­habitat plus familier avec la préservation de l’autonomie et des liens sociaux : habitat partagé ou intergénérationnel, habitat ou colocation solidaire, etc. L’enjeu est de permettre de choisir un lieu de vie adapté à la situation de la personne tout en lui offrant un accompagnement sur mesure, lorsque le maintien à domicile ou le placement en établissement est inadéquat. Cela peut prendre la forme d’un immeuble de quelques appartements regroupés autour d’un espace commun, ou de colocations, mais toujours de taille humaine entre cinq et dix personnes au plus.

Suivant les spécificités du projet, l’accompagnement des personnes en perte d’autonomie doit combiner différents types d’interventions. L’aide à la personne ou l’aide aux actes de la vie quotidienne (ménage, cuisine, aide au lever et au coucher, au déplacement, à la toilette simple) est généralement intégrée au projet. Les auxiliaires de vie peuvent même parfois être directement embauchées par l’association, les coûts de ces interventions étant ainsi mutualisés. Une aide spécifique (kiné,[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

« Le modèle associatif doit être au cœur de la refondation »

« Le modèle associatif doit être au cœur de la refondation »

Interview de Claire Thoury, présidente du Mouvement associatif. Que retenez-vous de la première réunion du CNR le 8 septembre ? C’était une journée plutôt intéressante qui a permis de[…]

« Il est indispensable que la démarche d’évaluation soit construite par et pour l’association »

« Il est indispensable que la démarche d’évaluation soit construite par et pour l’association »

L’évaluation des actions associatives, arme à double tranchant

L’évaluation des actions associatives, arme à double tranchant

Trois ministres pour les associations

Trois ministres pour les associations

Plus d'articles