Nous suivre Associations Mode d’emploi

Bénévolat et crédits universitaires (ECTS)

Le Centre d'analyses stratégiques (CAS), dans une note, a recommandé de rendre les engagements bénévoles éligibles  à l'obtention de crédits universitaires (voir Filhebdo n° 360 ). Un parlementaire questionne le gouvernement sur l'éventualité d'une mise en ½uvre de cette proposition.

La réponse rappelle que le CAS se plaçait au niveau européen dans ses recommandations pour sensibiliser les jeunes au bénévolat. Avec les outils tels que l'Europass et surtout le Youthpass qu'elle a élaborés, l'Union européenne encourage la reconnaissance et la valorisation des compétences développées dans ce cadre. En France, l'engagement étudiant est prévu dans la circulaire no 2001-159 du 29 août 2001 du ministère de l'Éducation nationale. Près d'un tiers des universités reconnaissent l'engagement bénévole sous la forme d'unités d'enseignements libres ou de crédits d'études. D'autre part un groupe de travail a été mis en place pour la mise en place d'un portefeuille de compétences, inspiré d'un projet européen d'outil d'évaluation de l'expérience bénévole réalisé dans le cadre du programme Leonardo da Vinci. « Son utilisation par les universités dans le cadre de la commission « Vie étudiante » de la conférence des présidents d'université est actuellement à l'étude ». Cependant, le minsitère conclut : « tous les bénévoles n'attendent pas de reconnaissance spécifique. Une valorisation ne doit donc pas devenir systématique. Les sondages des jeunes cités par le CAS comme les aspirations exprimées par les associations lors de la Conférence nationale de la vie associative fin 2009 montrent que cette demande de valorisation n'est pas unanime, certains estimant qu'elle pourrait dénaturer le caractère désintéressé de l'engagement. »
Question n° 120364

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdomadaire d’Associations Mode d'emploi

Nous vous recommandons

Les personnes-conseils qui facilitent la fraude fiscale risquent une amende de 50 % des revenus tirés de la prestation

Les personnes-conseils qui facilitent la fraude fiscale risquent une amende de 50 % des revenus tirés de la prestation

La loi n° 2018-898 relative à la lutte contre la fraude crée, par son article 19 I, II et IV, un article 1740 A bis qui sanctionne les conseils ayant intentionnellement aidé leurs clients à se soustraire à[…]

14/12/2018 | Gestion
 Baisse des cotisations patronales d’assurance maladie

Baisse des cotisations patronales d’assurance maladie

Prélèvement à la source : quel rôle pour les associations ?

Prélèvement à la source : quel rôle pour les associations ?

Menace sur la musique live

Menace sur la musique live