Associations mode d'emploi > Les lendemains qui chantent

Les lendemains qui chantent

Date de mise en ligne : 04/01/2017.

Edito

Associations

Vous n'avez pas aimé 2016, rassurez-vous c'est fini. En 2017, foi de candidats, tout ira mieux. La primaire de la droite nous a à peine épargné le sang et les larmes mais, c'est promis, après le mois de mai tout va s'arranger. La primaire de la gauche débute mais elle aura sans doute la même tonalité. D'ailleurs la fameuse inversion de la courbe est enfin arrivée. Le cadeau est lui aussi venu, un peu en avance, avec le CICE associatif. Manuel Valls désormais en campagne pourra surfer sur la circulaire qui porte son nom et qui, reconnaissons-le, marque un indéniable progrès dans le financement des associations. En théorie tout du moins. Quant aux extrêmes, rassurées par le fait qu'elles n'auront jamais à exercer le pouvoir, elles peuvent en toute tranquillité nous promettre monts et merveilles à force de discours plus simplistes les uns que les autres. Ce n'est qu'une fois tous les 5 ans alors comment ne pas en profiter ?

Bien sûr il existera toujours des esprits chagrins pour doucher notre enthousiasme. Et nous rappeler que dans son remarquable travail sur l'évolution de la vie associative Viviane Tchernonog note certes une progression de l'emploi associatif (toutefois moins forte que par le passé) mais également une transformation des modes de bénévolat et une modification profonde des modes de financement des associations s'appuyant sur 3 phénomènes : une privatisation croissante des ressources s'appuyant sur la participation des usagers au service rendu, un repositionnement des acteurs publics avec la montée en charge des conseils généraux, une transformation des modalités des financements publics avec la fonte des subventions et l'explosion des commandes publiques. Autant de défis à relever pour le monde associatif dont il est douteux qu'on parle pendant la campagne. Sans doute nos candidats y voient-il un sujet mineur.

Heureusement les associations n'entendent pas baisser les bras. A l'instar du Collectif ALERTE et du Collectif des Associations Unies qui, ne supportant plus d'entendre certains responsables politiques clamer des idées reçues sur l'exclusion et la pauvreté lancent une « Autre campagne », contre les préjugés. Jusqu'à l'élection présidentielle, cette « autre campagne » associative rappellera sans relâche les réalités sociales à toutes celles et ceux qui instrumentalisent la pauvreté et stigmatisent les plus démunis. Ça se passera le 4 janvier. Associations mode d'emploi vous y invite. Avec ses meilleurs v½ux et en faisant sienne cette magnifique citation de Louis Aragon tellement adaptée à notre époque tourmentée « Il est temps d'instaurer la religion de l'amour". De son prochain sûrement et ce n'est certainement pas les nombreux bénévoles qui ½uvrent sans cesse pour une société de partage et de fraternité qui me contrediront.

Laurent Thoviste,
Directeur de la rédaction

Soyez le premier à rédiger un commentaire !