Associations mode d'emploi > Documentation > Jacques Malet * : « Réduire un peu la fracture associative »

Jacques Malet * : « Réduire un peu la fracture associative »

Associations et actualités

« En mars 2016, nous interpellions les futurs candidats à la présidentielle
en leur indiquant qu'« une France d'acteurs était en attente d'un discours franc et constructif ». Nous faisions référence, d'abord, à ces cinq à six millions de dirigeants associatifs, qui vivent au quotidien la nécessité d'éviter l'insincérité et l'irresponsabilité. Mais au-delà, nous parlions des deux tiers des Français engagés dans un projet collectif associatif, par l'adhésion ou par le don, clairement dénombrés en 2015 (Lire « La France bénévole 2015 : les 1001 façons d'agir »).

Laissant au Mouvement associatif le rôle qui est le sien, je me limiterai ici à constater, hélas, la pauvreté du débat actuel, et la méconnaissance évidente des équipes qui entourent les candidats, quant au rôle des associations. Tous les travaux convergent pour montrer qu'elles  constituent, en France, le centre de gravité de l'exercice de la solidarité, et ceci au plus fin des quartiers et des territoires. L'Insee indique aussi (janvier 2016) que la probabilité d'avoir voté aux élections législatives de 2012 est 1,8 fois supérieure pour les membres d'associations.

En écartant les extrêmes, bien évidemment, j'ose encore espérer une prise de conscience de ceux qui prétendent diriger demain. Je retiendrai ici un seul angle d'action qui irait dans le sens d'une meilleure cohésion  nationale : depuis des décennies, la proportion des adhérents à une association varie du simple au double, selon que l'on ne dispose d'aucun diplôme ou selon que l'on se situe au-delà de Bac + 2. Réduire un peu cette véritable « fracture associative » présenterait des avantages, pour les intéressés euxmêmes, en termes de lien social, pour les associations ainsi renforcées, et pour les actions qu'elles développent. Cette France d'acteurs manque encore cruellement de ces personnes modestes qui sont ainsi privées du plaisir de l'action collective, enrichissante, formatrice et jubilatoire. Ce serait pour elles une belle expérience associative qui peut constituer une sorte de « filet social informel »... »

* Jacques Malet, cofondateur et président du réseau associatif d'experts et d'universitaires Recherches & Solidarités

Cet article vous a plu ? Abonnez-vous au magazine Associations mode d'emploi

Tous les articles d'Associations mode d'emploi n° 188

Associations mode d'emploi numéro 188 (Avril 2017)