Associations mode d'emploi > Documentation > Roger Sue * : « La politique c'est d'abord la société civile »

Roger Sue * : « La politique c'est d'abord la société civile »

Associations et actualités

« Si les associations ne sont pas ignorées des candidats, force est de constater que ceux-ci ne voient pas ce qu'elles représentent réellement aujourd'hui, la place centrale qu'elles occupent dans la société et la  manière dont celle-ci met la philosophie associative (ce que j'appelle l'« associativité ») au coeur de sa dynamique. Je serais même tenté de dire qu'ils ne veulent pas le voir. Pas voir que le travail et l'économie sont en train de se métamorphoser complètement et qu'une économie associative, collaborative, coopérative, centrée sur l'humain et sur la  personne (santé, éducation, environnement, lien social) - ce que j'ai proposé de nommer le « secteur quaternaire » - est en train de se mettre en place et qu'elle est largement portée par les associations. Pas voir non plus la forte revendication de citoyenneté et de participation qui émane de la société civile et qui est la seule réponse possible à la crise du politique.

Le discrédit général de la classe politique reflète un mouvement qui fait que la politique ne se fera plus là où on dit qu'elle se fait, en tout cas de moins en moins. D'une certaine manière, la politique se fait ou se fera de plus en plus contre la classe politique. On comprend, du coup, que celle- ci n'ait pas vraiment envie de faciliter l'auto-organisation de la société civile, et ceci, à gauche comme à droite... La politique c'est d'abord la société civile. Il faut réarmer la société civile, sa représentation et son expression.

Mais, de leur côté, je crois que les associations doivent aussi être plus offensives, plus volontaires et que parfois, elles ne sont pas toujours  prêtes à assumer cette place centrale qui est en réalité la leur. Il ne s'agit pas de prendre la place des hommes et femmes politiques, mais, déjà en 1835, Alexis de Tocqueville énonçait quel devait être leur rôle : « les associations n'ont pas le droit de faire la loi, mais ont le pouvoir  d'attaquer celle qui existe et de formuler d'avance celle qui devrait exister ». C'est pour moi une phrase très éclairante que le monde associatif devrait mettre davantage en pratique. »

* Roger Sue, sociologue, auteur de "La contre-société" (éditions Les liens qui libèrent, 2016)

Cet article vous a plu ? Abonnez-vous au magazine Associations mode d'emploi

Tous les articles d'Associations mode d'emploi n° 188

Associations mode d'emploi numéro 188 (Avril 2017)